Molenbeek envisage de vendre son domaine de Cornimont dans les Ardennes

Le domaine de Cornimont accueille chaque année des centaines de jeunes de Molenbeek avec des policiers.
11 oct. 2016 à 14:10 - mise à jour 11 oct. 2016 à 14:10Temps de lecture2 min
Par Karim Fadoul

La situation financière de Molenbeek-Saint-Jean n'est vraiment pas terrible. La commune est sous plan d’assainissement triennal depuis l'année dernière. Sous tutelle régionale, les finances locales doivent être scrupuleusement maîtrisées. Si de nouvelles taxes ont été créées, d'autres recettes proviendrait de la vente des bijoux de famille. Sur la table des discussions depuis peu, la possible mise en vente du domaine de Cornimont, dans la province de Namur. Un véritable symbole!

Le domaine de Cornimont, propriété de l'ASBL para-communale Lutte contre l'Exclusion sociale (LES) depuis 1994, c'est un chalet, surnommé la "Cles des Ardennes" dans lequel des milliers de jeunes, enfants et ados, ont séjourné en classes vertes ou camps de vacances. Exemple l'an dernier avec 18 camps de vacances organisés pour 680 jeunes. En 2015, six classes vertes ont été mises sur pied pour 169 enfants. Mais l'activité la plus médiatique, ce sont les chantiers d'encadrement, pour les plus de 12 ans. Le principe: amener des jeunes en difficulté sur place, en dehors de leur quartier, et les faire travailler sur des projets positifs. Le point d'orgue reste la venue des policiers de la zone Ouest à Cornimont. Au cours d'une ou plusieurs jours, jeunes et flics échangent longuement et participent à des activités communes dans le but de briser barrières et a-priori.

Reste que tous ces projets, vantés pour leur sérieux, ont un coût. Sans compter l'entretien du bâtiment et la présence d'au moins trois gestionnaires sur place. On parle de plus de 210 000 euros en frais fixes par an - une partie est subsidiée. En 2014, la commune a dû encore allonger 50 000 euros supplémentaires. L'économie n'est pas nulle. La direction de la LES a donc commandé une estimation du bien auprès d'un bureau d'experts. Le bâtiment et tout son équipement ainsi que les terrains ont été évalués à 256 100 euros (204 000 euros en cas de vente forcée).

Bergendal et le stade Machtens 

Si la vente de Cornimont est sur la table, aucune décision n'a encore été prise. Chez l'échevine de la Prévention Sarah Turine (Ecolo), on indique qu'"un rapport qui doit pointer les avantages et les inconvénients de la vente est en cours d'élaboration. Les conclusions sont attendues prochainement". Car il ne faudrait pas que la commune soient obligées d'organiser ses camps ailleurs en Belgique à des prix plus restrictifs.

La discussion autour de Cornimont est également politique. Le cdH du Premier échevin Ahmed El Khannouss plaide en faveur d'une vente de plusieurs autres bijoux de famille de Molenbeek, comme la plaine de jeux de Bergendal voire le stade Edmond Machtens. "La commune est propriétaire du stade. Mais nous pourrions vendre les tribunes et conserver le terrain", avance le CDH.

La balle est désormais dans le camp de la bourgmestre Françoise Schepmans (MR) qui aurait tranché. Pour son cabinet, "pas question de vendre Cornimont, Bergendal ou le stade Edmond Machtens. Mais il est vrai que nous étudions la vente de biens immobiliers appartenant à la commune, qui sont inutilisés et pour lesquels il n'y a pas de projet de rénovation subsidiée."

On le constate, au sein de la majorité MR-CDH-Ecolo, les avis divergent. Mais si Molenbeek venait à se séparer de Cornimont, elle emboîterait le pas à Boitsfort qui a vendu son domaine de Nettinne et Woluwe-Saint-Lambert qui veut récupérer des sous en vendant son centre de vacances Joli-Bois au Coq. 

 

Articles recommandés pour vous