Milad Doueihi: "On n'a plus la possibilité de se retirer de ce monde numérique"

Milad Doueihi : " Code informatique : rendre le citoyen actif " :
20 nov. 2017 à 18:30Temps de lecture1 min
Par Anina Meeus

Le numérique s’est installé dans notre paysage quotidien. Il engendre des mutations profondes et inédites dans notre histoire, explique Milad Doueihi, historien des religions et fondateur de la Chaire d’humanisme numérique à l’Université de Laval à Québec. " Il touche à la dimension industrielle et culturelle. Il peut transformer la manière dont on fait la société. On a beaucoup focalisé sur ce qui a changé en matière de rapport en temps. Mais le rapport à l’espace change aussi.

Au début d’internet, on célébrait le village global, la disparition des frontières, La libre circulation des identités et des échanges. Mais on est en train de re-territorialiser cet espace avec, d’un côté, la convergence des données de géolocalisation et du passage à la massification de la collecte et, de l’autre, l’exploitation des données avec la mise en place de la protection des citoyens. On est dans une phase de transition. "

"Partager est une nécessité, se protéger est un besoin"

Milad Doueihi, plaide pour un discours, non pas de peur, mais de vigilance. " On n’a plus la possibilité de se retirer de ce monde numérique. Il faut protéger ses données parce qu’on en a besoin et pouvoir les partager parce que c’est nécessaire. Tout ce qui est en réseau est piratable. On a une responsabilité comme utilisateur mais on doit aussi protéger notre accès, notre réseau. Notre machine ne doit pas être une machine-zombie pour envoyer du spam ou pour miner de la crypto monnaie. On ne doit pas déléguer nos responsabilités. Il faut rendre le code accessible pour rendre le citoyen actif. Mais au-delà des individus, les fournisseurs d’accès et les concepteurs de logiciels doivent aussi être plus responsables ".

Et pour Milad Doueihi, le plus important, c’est l’apprentissage. " Il faut qu’on apprenne à vivre avec ces machines soi-disant intelligentes. On entre dans une nouvelle condition de l’humain. Mais l’humain a toujours su s’adapter. A nous de choisir comment faire, individuellement et collectivement ".

Milad Doueihi, historien des religions et fondateur de la Chaire d’humanisme numérique à l’Université de Laval (Québec), était interrogé par Eddy Caekelberghs dans Au bout du jour

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous