Monde Asie

MH 370: le débris retrouvé provient bien de l'avion malaisien

MH 370: le débris retrouvé provient bien de l'avion malaisien
05 août 2015 à 17:53 - mise à jour 05 août 2015 à 17:53Temps de lecture1 min
Par AFP

Le Premier ministre malaisien Najib Razak a annoncé mercredi que le débris retrouvé provient bien de l'avion malaisien qui s'est abîmé en mer en mars dernier avec 239 personnes à bord.

"C'est avec un coeur très lourd que je dois vous dire qu'une équipe internationale d'experts a conclu que le débris trouvé sur l'île de la Réunion provient effectivement du vol MH370", a déclaré Najib Razak. "Nous avons maintenant des preuves physiques (...) que le vol MH370 a terminé son vol tragiquement dans le sud de l'océan Indien", a-t-il dit.

Fortes présomptions en France

Les premières expertises menées mercredi sur le fragment d'aile retrouvé sur l'île française de La Réunion montrent qu'"il existe de très fortes présomptions pour que le flaperon appartienne bien au vol MH370" de la Malaysia Airlines, a indiqué la justice française.

La pièce "provient bien d'un Boeing 777, en raison de ses caractéristiques techniques" et en outre, des "rapprochements" ont pu être faits avec de la "documentation technique" communiquée par les représentants de la compagnie aérienne, a précisé Serge Mackowiak, procureur de la République adjoint de Paris, lors d'une déclaration devant la presse.

MH 370: le débris retrouvé provient bien de l'avion malaisien

"Ces très fortes présomptions seront à confirmer par des analyses complémentaires qui débuteront dès demain (jeudi) matin", a poursuivi le représentant du parquet.

 

Il a souligné ne pouvoir donner de délai pour la réalisation de ces nouvelles expertises, mais assuré que "les experts mènent leurs travaux dans les meilleurs délais afin de pouvoir apporter une information complète et fiable le plus rapidement possible aux familles des victimes".

Le vol MH370 a mystérieusement disparu au-dessus de l'océan Indien le 8 mars 2014 avec 239 personnes à bord. Quatre des victimes étaient françaises et la justice française avait ouvert une information judiciaire en mai 2014.