Football

Mercato hivernal en Pro League : ce qu'il faut en retenir

Il y a encore eu du mouvement cet hiver, en Pro League.
01 févr. 2020 à 14:08Temps de lecture6 min
Par Damien Tréfois

Présenté comme une seconde session pour les clubs ayant mal travaillé en été, le mercato hivernal s’est bouclé au milieu de la nuit. Entre dégraissage de noyaux pléthoriques, transferts paniques ou préparation de la prochaine campagne, petit tour d’horizon des principaux mouvements de ce mercato d’hiver version 2020.

 

Anderlecht : entre gros coup apparent et transfert panique

Comment sauver les apparences en neuf rencontres, tout en dégraissant un noyau pléthorique ? Le problème anderlechtois pouvait être résumé dans cette phrase au 1er janvier dernier.

Même si le secteur n’était pas le plus problématique, en défense, les Mauves ont "pillé" le RB New-York en chipant ses deux backs ; Michael Murillo à droite et Kemar Lawrence à gauche, qui vient offrir une l’alternative au dépanneur Cobbaut. Avec davantage d’options sur les flancs, les Bruxellois peuvent voir venir.

Par contre, de l’autre côté de terrain, c’est le désert. Avec 27 buts marqués (dont 7 réalisations et 5 assists pour le seul Chadli), le secteur offensif Mauve est à la peine depuis l’entame de la saison. Il fallait donc viser juste. Mais avec quels moyens ? On sait que les finances ne sont pas au beau fixe au Parc Astrid. A ce titre, le départ d’Alexis Saelemaekers à Milan a tout débloqué et a permis l’arrivée de deux avants. Dejan Joveljic, jeune avant-centre serbe qui avait du mal à se frayer une place dans le onze de base de Franckfort et surtout Marko Pjaca, qui arrive en droite ligne de la Juventus.

Sur papier, le CV du croate est ronflant. Mais que peut-on attendre réellement d’un joueur qui n’a disputé que 15 minutes depuis l’entame de la saison, alors que le temps presse ? Et surtout, ne risque-t-on pas de se marcher sur les pieds sur le flanc gauche, où l’on trouvait déjà Chadli, Amuzu ou encore Bakkali ? Si tous ces joueurs retrouvent leurs moyens dans les semaines à venir, Anderlecht sera costaud offensivement. Mais pour l’heure, cette compilation de dernière minute ressemble davantage à une réaction panique qu’à des transferts ciblés.

Côté sortie, on le savait, il fallait dégraisser. Avec dix transactions sortantes, le contrat est rempli avec, comme point d’orgue, le départ pour huit millions de Saelemakers en Série A. Kums appartient désormais pleinement à La Gantoise. Chipciu et Sowah sont aussi partis pour de bon. Pour le reste, pas mal de prêts, soit autant de joueurs qui reviendront à Neerpeede en juin prochain.

Esprit Standard, es-tu là ?

Flash-back. Juillet 2017, Sébastien Pocognoli et Pol-José M’Poku reviennent dans la Cité Ardente. En compagnie de Réginald Goreux et de Jean-François Gillet, ils doivent garantir un label Rouche, un Esprit Standard, cher au Président Venanzi et censé rassurer les supporters, alors que le Standard aborde une saison de tous les dangers avec un entraîneur pour le moins particulier (Sa Pinto).

Deux ans et demi plus tard, seul le gardien vétéran fait toujours partie de l’effectif. Les trois autres viennent de relever un nouveau challenge. Si on rajoute le transfert de Renaud Emond, enfant du pays, cela fait une grosse perte d’ADN en quelques semaines à peine. Et beaucoup de questions qui se posent, à l’heure d’aborder la dernière ligne droite de la phase classique.

Michel Preud’homme voulait une option supplémentaire au milieu de terrain. Il a été servi en la personne d’Eden Shamir, arrivé du championnat israélien. Un avant supplémentaire n’aurait certainement pas été du luxe pour pallier l’inefficacité offensive des centre-avants (Avenatti-Oulare-Cop – 4 petits buts à eux trois), mais aucun dossier n’a abouti.

C’est donc avec un noyau fortement dégrossi que le Standard terminera la saison. En priant pour que Lestienne (10 buts) conserve son rendement et que les autres valeurs offensives accroissent enfin leur niveau de jeu.

Mehdi Bayat a tenu promesse à Charleroi

"Personne ne partira au mois de janvier". Sous le soleil d’El Saler, Mehdi Bayat avait annoncé la couleur, alors que les Zèbres étaient en plein stage de mi-saison. Trois bonnes semaines plus tard, force est de constater que l’administrateur-délégué du Sporting a tenu parole. Tous les cadres sont restés. Même Maxime Busi, pourtant courtisé avec insistance par le Torino, qui aurait remis une offre alléchante en dernière minute. Finalement, seul Enes Saglik est parti définitivement du côté de Mouscron, lui qui était plutôt habitué à la tribune ces derniers mois.

Rayon départ, on pointe aussi Adama Niane, qui n’a jamais confirmé son bon départ du début de la saison dernière et dont le caractère devenait problématique pour le vestiaire zébré. Enfin, le jeune Keita a six mois pour prendre de la bouteille aux Francs-Borains, qui filent vers le titre en D2 amateurs et qui sont coachés par un certain Dante Brogno. A noter qu’une porte de sortie américaine devrait également s’ouvrir pour Parfait Mandanda, relégué assez loin dans la hiérarchie des gardiens.

Dans l’autre sens, la donne était claire ; il fallait du made in Belgium, surtout avec le départ de Saglik. Pour cela, Charleroi a longtemps pensé à Louis Verstraete et avait même un accord avec La Gantoise. Mais suite au refus du joueur, les Carolos se sont rabattus sur Lazare Amani, le médian de poche d’Eupen, assimilé belge et donc important de ce point de vue. Si l’on rajoute l’arrivée de Joris Kayembe, cela fait deux "Belges" de plus et un ajout de qualité certain dans le noyau de Karim Belhocine.

Genk a définitivement tourné la page du titre

Qu’il est loin, le 16 mai 2019. Ce soir-là, le Racing obtient le point du titre sur la pelouse du Parc Astrid. Sur les 11 titulaires présents sur la feuille, quatre sont désormais partis et non des moindres. A Malinovskyi et Trossard, déjà partis cet été, se sont rajoutés Samatta et Berge, dont le départ devenait inéluctable.

Si l’on rajoute les deux blessés de longue date (Heynen & Vukovic) et le départ de Philippe Clément, qui officie désormais en Venise du Nord, il ne reste plus grand-chose de l’équipe championne. Six mois après le champagne, Genk a donc fait table rase. Dégageant au passage Felice Mazzu, remplaçant de Clément, N’Dongala, devenu pestiféré, et même Hagi, pourtant transfert sensation cet été.

Pour combler les trous, les limbourgeois ont, comme à leur habitude, regardé vers la Scandinavie. Mats Møller Dæhli, international norvégien, arrive du club de Sankt-Pauli (2e Bundesliga), alors que Kristian Thorstvedt a directement débarqué de sa Norvège Natale (Viking FK). Eboue Kouassi (Celtic Glawgow) et Thomas Didillon (Anderlecht), eux, arrivent en prêt afin de renforcer le compartiment défensif de Genk, qui a déjà pris 34 buts cette saison. Beaucoup trop pour un candidat aux PO1.

Ailleurs, Zulte veut y croire, le Cercle a fait la lessive

Et ailleurs ? On peut diviser les clubs en deux catégories. Ceux qui ont décidé de ne pas trop bouleverser leur effectif (le Club de Bruges, Courtrai, Eupen, Malines, Waasland-Beveren, Saint-Trond, Mouscron & l’Antwerp) et ceux dont le tourniquet a tourné à plein régime (La Gantoise, le Cercle de Bruges, Zulte-Waregem & Ostende).

Au Club, on a choisi d’attirer un avant supplémentaire suite aux départs de Diagne et de Vossen. Venu de République Tchèque, Michael Krmencik doit apporter des solutions et des buts à la machine déjà bien huilée des Blauw en Zwart. Chez les voisins du Cercle, on s’est lancé dans une course au maintien impossible avec pas moins de 14 transactions (7 in, 7 out).

Chez les autres entités encore concernées par le maintien, on retiendra la discrétion de Waasland-Beveren, qui a décidé de terminer la saison avec les joueurs qui l’ont commencée, agrémentés de Piotrowski, qui arrive en prêt de Genk. Ostende, de son côté, a choisi d’assurer ses arrières en accueillant pour les six prochains mois les excédentaires Niane (Charleroi), Sagna (Bruges), Verstraete (Antwerp) & Sanneh (Anderlecht).

Enfin, dans la bataille pour le top 6, Zulte-Waregem a décidé de croire en ses chances en faisant venir de vieux briscards comme Vossen et Dompé, tout en pariant sur les jeunes pousses El Kababri et Srarfi. Un peu plus au nord, les Buffalos ont surtout ouvert les portes (dix transferts sortants) tout en s’assurant définitivement les services de Kums, Marreh et Godeau. De plus, avec l’acquisition du jeune Anderson Niangbo, les Gantois ont peut-être mis la main sur la future attraction de notre championnat. Un raisonnement qui vaut également pour Courtrai avec Terem Moffi, déjà auteur de deux buts en 144 minutes de jeu… Contre Bruges et le Standard, s’il vous plaît.

Articles recommandés pour vous