Martin Weill

Martin Weil : sur les routes de la cocaïne

05 oct. 2020 à 15:03Temps de lecture1 min
Par Ariane Denis

La cocaïne est partout. Plus accessible, plus abordable, elle est consommée par de plus en plus de gens, pour faire la fête mais aussi au boulot pour être soi-disant plus performant. Aujourd’hui, la cocaïne n’est plus réservée à une clientèle aisée. En France, les artisans et les ouvriers en consomment plus que les cadres. Une consommation banalisée et "ubérisée", puisque les dealers livrent à domicile grâce aux applis

 

L’équipe de Martin Weill a suivi les grandes étapes de ce trafic mondial en allant à la rencontre de ses protagonistes. Les petites mains des labos clandestins, les membres de gangs mais aussi les repentis et les victimes. Le voyage commence en Colombie qui a battu son propre record : près de 1.400 tonnes de cocaïne produites par an. Nous verrons que les moyens des narco trafiquants sont sans limite pour exporter la marchandise par super tankers et même par sous-marins.

Focus également sur le destin des "mules guyanaises" qui transportent jusqu’à 1 kilo de cocaïne dans leur ventre. Chaque année, entre 3.000 et 4.000 mules font le voyage Cayenne / Paris pour quelques milliers d’euros. Des femmes enceintes, des retraités et mêmes des lycéens sont recrutés pour alimenter la métropole.

Martin Weill fera aussi découvrir la fascination qu’exerce encore Pablo Escobar, le plus grand narco trafiquant de Colombie. Le "narco tourisme" explose dans sa ville natale de Medellin. Un bon filon pour la famille Escobar et une dizaine de tour operators. Ce qui n’est pas du goût des autorités.

"Martin Weill sur les routes de la cocaïne" est disponible en replay sur Auvio jusqu'au 11 janvier !

Sur le même sujet

"Passage à l’acte" : que se passe-t-il dans le cerveau d’un tueur ?

La Trois

La lune est-elle artificielle ? Martin Weill part à la rencontre des complotistes

Articles recommandés pour vous