Regions Liège

Malmedy: rentrée scolaire dans une toute nouvelle école inclusive

Enseignement : les troubles de l'apprentissage

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

02 sept. 2019 à 13:31 - mise à jour 02 sept. 2019 à 13:31Temps de lecture2 min
Par Natacha Mann

Rentrée des classes un peu particulière à Malmedy.  C'est une première pour la toute nouvelle école des "Z'Amis d'Andrée Willems". Elle est destinée entre autres aux enfants qui ont des troubles de l'apprentissage comme la dyslexie, la dysphasie, l'hyperactivité,... Ils sont entre 5 et 10% en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Un peu stressé mais surtout très heureux. Julien passe la porte de sa nouvelle école. Dans les classes, il ne découvre pas des bancs bien alignés mais des espaces qui lui sont plus adaptés. Julien a 10 ans et présente un trouble de l'hyperactivité. Pour lui, l'apprentissage n'a pas toujours été simple. Ici, il repart à zéro. "J'espère que j'aurai le bonheur d'apprendre et d'avoir des amis" dit-il.

Dans cette école, il rencontre des enfants comme lui. Certains présentent une dys comme la dysphasie, dysplexie ou dyscalculie. D'autres, comme Arnaud, sont HP, soit haut potentiel. "Je suis venu ici pour mieux travailler" dit Arnaud. Sa maman, Vanessa Morias, explique: "Il ne voulait plus du tout travailler.  C'était vraiment très compliqué pour nous de gérer tout ça.  En plus des devoirs habituels, il avait encore des feuilles à rattraper.  Et puis, on a entendu parler de cette école et on s'est dit que c'est un projet chouette et on espère que ça lui fera du bien et que ça l'aidera pour la suite".

Née cette année, l'école des "Z'Amis d'Andrée Willems est une école libre. Une école où se mêlent différentes pédagogies afin de permettre un enseignement le plus inclusif possible. Ingrid Charlier, coordinatrice à l'école explique: "Le système, comme il est actuellement, convient très bien à la majorité mais il y en a quelques-uns qui ont peut-être parfois besoin d'une solution différente.  On reste totalement ordinaires, on est vraiment la même finalité, le CEB.  On va procéder de la même façon, si ce n'est que dans le quotidien de la classe, on procède peut-être différemment". 

Ecole ouverte à tous

Sur les 40 élèves, 70 % ne présentent aucun trouble. Dans la famille Sluysman, William est multi-dys, mais Dianelyne est une enfant ordinaire. Pour leurs parents, il était normal qu'ils soient scolarisés ensemble. "Ça leur permet d'avoir, comme dans la société, un échantillon de gens complètement différents.  Il faut apprendre à être tolérant, il faut s'entraider, tout ça, ce sont des valeurs qu'on veut aussi leur transmettre par l'école" explique Vinciane Fabry, la maman de William et Dianelyne.

Aujourd'hui, en Belgique, 5 à 10% des enfants présentent un trouble de l'apprentissage.  Il n'existe pourtant que peu d'écoles ordinaires qui leur sont adaptées mais depuis quelques années, différentes initiatives montrent qu'un changement semble en marche.

Articles recommandés pour vous