Malgré sa fermeture programmée, le centre pour réfugiés d'Arlon accueille toujours plus de demandeurs d'asile

Le centre d'accueil pour réfugiés à Stockem (Arlon).
22 août 2018 à 05:47 - mise à jour 22 août 2018 à 12:27Temps de lecture1 min
Par Odile Leherte

Le centre pour réfugiés d’Arlon doit fermer ses portes le 31 décembre et pourtant, il accueille de plus en plus de demandeurs d’asile.

Depuis vendredi, 65 personnes sont arrivées, des hommes pour la plupart, isolés. Mais cela fait plusieurs semaines, constate le centre, qu’un nombre important de demandeurs d’asile arrivent en Belgique et le réseau d’accueil est presque saturé.

A ce rythme, le centre atteindra 100% de sa capacité dans quelques jours, une situation qui s'explique par le nombre croissant de demandeurs d'asile en Belgique depuis juillet. "La Croix-Rouge l'avait déjà prévu lorsque la décision de fermer ce centre est tombée : au moindre afflux un peu exceptionnel, le réseau d'accueil serait saturé et on est en plein dedans", continue Roger Martinez-Dolz. 

Les centres de Fedasil sont donc en surcapacité, ceux de la Croix-Rouge, ceux qui ne ferment pas, tournent autour de 95%. À Arlon, le mot d’ordre est : mobilisation.  

"On est en train de rapatrier des palettes de lits qu’on avait démontées en juin et en juillet pour préparer des places en urgence, explique Roger Martinez-Dolz, le directeur de ce centre de la Croix-Rouge.

La fermeture annoncée a déjà provoqué le départ de plusieurs membres du personnel, les volontaires et les dons sont aussi moins nombreux: "On fait appel aux dons parce qu’on avait commencé à rapatrier des vêtements et des chaussures mais maintenant, on accueille des hommes isolés et ce sont souvent des petits gabarits. On vient de lancer un appel sur Facebook pour des dons de vêtements d’homme à petit gabarit. On doit réactiver un peu tous les services. Ici, ce qui caractérise le centre d’Arlon, c’est le volontariat. À l’ouverture, on avait 300 bénévoles. Il y a cinq mois, à l’époque de l’annonce, on en avait encore 200. Et maintenant, petit à petit, ça commence à se diluer, mais on doit relancer la machine pour pouvoir donner un accueil digne à ces gens qui arrivent, pour les mois qu’ils resteront ici sur Arlon".

Les cours de français, les activités et les partenariats avec les écoles sont également relancés, mais pour l'instant, la fermeture du centre n’est pas remise en question.

Reportage dans notre JT 13h:

Le centre de Stockem face à une recrudescence des demandeurs d'asile

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous