Monde

Malgré sa dissolution, le parlement égyptien défie la justice

Le président égyptien Mohamed Morsi (c) et les hauts responsables militaires Hussein Tantawi (g) et Sami Anan, le 9 juillet 2012 au Caire
09 juil. 2012 à 10:35 - mise à jour 10 juil. 2012 à 09:54Temps de lecture2 min
Par AFP

"Ce dont nous discutons aujourd'hui c'est du mécanisme d'application" du jugement de la Haute cour constitutionnelle qui a déclaré l'Assemblée invalide, a déclaré le président de la chambre, le Frère musulman Saad al-Katatni, en assurant que les élus respectaient la loi et la justice.

"Le Parlement connaît très bien ses droits et ses devoirs, n'intervient pas dans les affaires du pouvoir judiciaire et ne commente pas les jugements de la justice", a-t-il ajouté.

"Je veux souligner que nous ne sommes pas en contradiction avec le jugement", a-t-il encore dit, avant de lever la session.

Certains députés boycottent

Les Frères musulmans, dont est issu le président Mohamed Morsi et qui dominent la chambre basse, ont soutenu le rétablissement du Parlement, mais des députés d'autres partis notamment libéraux ont décidé de boycotter la session de mardi, certains qualifiant le décret de Mohamed Morsi de "coup d'Etat constitutionnel".

La Haute cour constitutionnelle, qui avait jugé l'Assemblée invalide le 14 juin en raison d'un vice juridique dans la loi électorale, a rejeté lundi le décret présidentiel ordonnant de rétablir le Parlement.

"Les jugements et l'ensemble des décisions de la Haute cour constitutionnelle sont définitifs (...) et sont contraignants pour toutes les institutions de l'Etat", a affirmé dans un communiqué la Cour.

Après la dissolution de l'Assemblée, les militaires -à qui Hosni Moubarak, chassé par la rue en février 2011, avait remis les rênes du pay- ont récupéré le pouvoir législatif, provoquant la colère de ceux qui veulent les voir sortir de la politique.

L'armée, qui a tenu une réunion d'urgence après le décret présidentiel, a appelé au respect de "la loi et de la Constitution", en se disant "confiante que toutes les institutions de l'Etat respecteront ce qui a été dit dans les déclarations constitutionnelles".

Les Frères musulmans ont annoncé qu'ils manifesteraient mardi "pour soutenir les décisions du président et le rétablissement du Parlement".

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, en visite au Vietnam, a réclamé un dialogue entre toutes les parties engagées dans cette crise politique.

"Nous appelons à un dialogue intensif entre tous les protagonistes" afin de permettre une sortie de crise, a-t-elle déclaré à Hanoï.


AFP

Sur le même sujet

Egypte: heurts au Caire entre partisans et opposants au président Morsi

Monde

Egype: la justice militaire commence à relâcher ses détenus

Monde