Psychologie

Mais à qui le nouveau site marchand de Marie Kondo procure-t-il de la joie ?

Mais à qui le nouveau site marchand de Marie Kondo procure-t-il de la joie?
23 nov. 2019 à 15:00Temps de lecture1 min
Par RTBF TENDANCE avec AFP

Une promotion du consumérisme en contradiction avec son livre

La vitrine propose une sélection d'environ 150 objets de mode et de déco vendus entre 8$ et 300$. Marie Kondo l'affirme, ces produits choisis pour leur propension à procurer de la joie au quotidien sont une expression de l'idée développée dans son livre.

"Ma méthode de rangement ne se résume pas à tout jeter, elle vise à aiguiser le sens de ce qui nous procure de la joie. Une fois le rangement effectué, de la place se libère pour accueillir de nouveaux objets, personnes et expériences qui ont de l'importance", explique Marie Kondo sur son site. Un kimono en lin est vendu au prix de 115$, un miroir est proposé à 150$ et un cuiseur japonais donabe, à 180$.

Cette initiative a été accueillie avec ironie sur les réseaux sociaux: certains accusent Kondo de faire la promotion du consumérisme après avoir encouragé ses lecteurs et ses clients à se défaire du superflu.

"Je ne suis pas certain de savoir ce qui me procure le plus de joie sur le site marchand: sa serviette en coton à 75$ ou son bâton de Shiatsu à 12$?", se demande un twittos. "Personne, mais absolument personne n'a besoin d'un pot à thé à 200$ #MarieKondo a perdu la raison", se lamente une autre internaute.

Plus d'objets pour les grands espaces

Dans une récente interview accordée à Fast Company, Marie Kondo a défendu sa boutique en expliquant que ce catalogue répondait à de nombreuses requêtes de fans, qui s’interrogent sur les produits qu’elle utilise au quotidien. "Je ne dis pas qu’il faut posséder le plus petit nombre d’objets possible", dit-elle.

"Je mets l’accent sur l’appréciation de ses possessions et le soin à leur porter."

"Si l’on possède une grande maison avec de grands espaces de rangement, il est parfaitement normal de posséder un grand nombre d’objets", ajoute-t-elle.

Ce n’est pas la première fois que Kondo se lance dans la vente. Le gourou du désencombrement a prêté son nom à des boîtes de rangement. Commercialisés cet été, ces lots ont remporté un succès franc et immédiat. Par ailleurs, le géant nippon Rakuten a également annoncé il y a peu un partenariat commercial avec Marie Kondo, comme le rappelle le Guardian.

Sur le même sujet

Coronavirus : pour lutter contre l'ennui, Tokyo parie sur Marie Kondo

Psychologie

Kanye West, Ikea: quand le monde se met au Wabi-Sabi

Maison

Articles recommandés pour vous