Entrez sans frapper

"Louxor j'adore" de Philippe Katerine, tube populaire à dimension houellebecquienne…

"Louxor j'adore" de Philippe Katerine

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Louxor j’adore", c’est la chanson la plus connue de Philippe Katerine, expert maboul. Ce tube populaire inattendu de 2005 aurait pu être écrit par un Michel Houellebecq comique si Michel Houellebecq montrait plus souvent qu’il est comique…

 

"J'adore regarder danser les gens. Ah j'y retourne souvent au bar du Louxor. Regarder danser les gens j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore." C’est l’histoire d’un type qui adore regarder danser les gens. Dans ce Louxor qui nous induit tout de suite en erreur. Puisqu’on se dit qu’il doit s’agir du Louxor qu’on connaît de réputation. Le Louxor est une ancienne salle de cinéma de Barbès à Paris – une salle mythique des années 20 – transformée en boîte de nuit… Alors que non, nous ne sommes pas à Paris quand on sort au Louxor de Philippe Katerine – et c’est important de le savoir pour mieux saisir la dimension houellebecquienne du texte. Nous sommes à Clisson. Ce n’est pas la brousse, c’est la campagne nantaise.

 

Il y a là-bas, une boîte qui s’appelle " Louxor ", que Philippe Katerine a souvent fréquentée. C’est donc une chanson autobiographique inspirée par l'expérience de ce club de province où se mélange – "les institutrices, puéricultrices, administratrices, dessinatrices, les boulangers, les camionneurs, les policiers, les agriculteurs, les ménagères, les infirmières, les conseillères d’orientation, les chirurgiens, les mécaniciens, les chômeurs".

Un peu de sociologie des masses pour dire la fonction tribale des boîtes de nuit, qui est de mixer toutes les professions et de gommer les classes sociales. Ici, l’énumération – très longue de Katerine - résume tout un village (ou petite ville de province). Tout un monde qui, indépendamment du pouvoir d’achat des clubbers, sort le samedi soir pour oublier, pour s’oublier… Avec ce que ça suppose d’images, entre la joie et la tristesse, l’hystérique et le pathétique.

 

"J'adore regarder danser les gens. Et de temps en temps, je coupe le son et je remets le son. Et je recoupe le son et je remets le son. Et je recoupe le son et je remets le son." En fait, le gars, c’est le DJ de la boîte. C’est impossible de couper le son si on n’est pas devant la table de mixage. C’est le DJ mais un DJ un peu débilos qui fait des effets affligeants : il coupe le son de la musiqua alors que les danseurs sont en pleine montée. Ici aussi, si on se fie aux témoignages des clients du Louxor de Clisson, ce DJ a vraiment existé. C’est un vrai personnage qui coupait vraiment la musique pendant que les gens étaient en train de s’amuser. Comme si, du haut de sa cabine devant son Bacardi coca un peu plat, il voulait illustrer la toute-puissance du DJ, nouveau démiurge de la société des loisirs dont on dit qu’il est capable de raconter une histoire et de diriger le destin d'une foule. Ne dit-on pas – en anglais – God is a DJ ?

 

Pour la petite histoire, ce célèbrissime passage de la chanson "je coupe le son et je remets le son" où on entend les gens huer, a aussi été dicté par un très mauvais souvenir de Philippe Katerine. Un jour, on lui a demandé de faire le DJ, il était si mauvais qu’il laissait des blancs énormes entre les morceaux qu’il se faisait huer par les danseurs. Comme quoi, d’une mauvaise expérience, on peut tirer une phrase géniale. Une autre interprétation de ce passage est supposée par Katerine lui-même qui, en bout de phrase dans une interview, a dit que "je coupe le son et je remets le son" est un message thérapeutique. Couper et remettre le son, c'est débrancher et rebrancher. Est-ce que ça fait référence au fait que lui-même a été débranché et rebranché à 8 ans quand il a été plongé dans le coma pour une opération à coeur ouvert ?

 

"J'adore. Les gens arrêtent de danser. Se demandent qui a coupé et commencent à m'encercler. Et là je me sens en danger, alors je leur dis prenez moi. Faites de moi n'importe quoi. Pendez moi la tête en bas comme la dernière fois." Le mec est maso et la scène vire au roman de Jean Teulé. On peut se demande donc si ce Louxor ne fait pas, dans le fond (dans l’arrière-salle), aussi sex-club… Avec des animations de type "salon de l’érotisme"… Un lieu fréquenté par des fans du site porno amateurs Jacky et Michel… Quand on va sur le site du Louxor, on tombe justement sur des types avec des tee-shirts Jacky et Michel...

Sur ce passe-temps nocturne qu'est le dancing, il y a eu quelques jolies chansons :

Michel Jonasz "La boite de jazz" | Archive INA

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Charles Aznavour chante Les plaisirs démodés - 1974

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Jean Pierre Mader - Macumba (1984 ClipVideo)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Bourvil : le petit bal perdu

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Écoutez l'intégralité de "Louxor j'adore" de Philippe Katerine :

Katerine - Louxor J'Adore

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous