Sports d'hiver

Loena Hendrickx, médaillée d’argent aux Championnats du monde de patinage artistique : "Je suis fière de moi et fière pour la Belgique"

Loena Hendrickx, médaillée d’argent aux Championnats du monde de patinage artistique à Montpellier.

Loena Hendrickx est devenue vice-championne du monde de patinage artistique vendredi soir à Montpellier. Elle a conservé à l’issue d’un programme libre sans faute sa 2e place du programme court obtenue mercredi, offrant à la Belgique une première médaille aux Mondiaux depuis 74 ans et la médaille d’or remportée en couples par Micheline Lannoy et Pierre Baugniet.

"Je suis sans voix, je ne peux pas croire que je suis ici avec une médaille d’argent. Je suis fière de moi et fière pour la Belgique", a déclaré la patineuse belge de 22 ans vendredi en conférence de presse.

"J’ai connu une période difficile après les Jeux 2018", poursuit la Campinoise, 16e des JO 2018 à Pyeongchang. "Pendant deux ans, les blessures m’ont tenue à l’écart, mais j’ai aussi réalisé que j’aimais ce sport et que je voulais retrouver mon ancien niveau. Je suis si heureuse de l’avoir fait. Je suis aussi plus mature maintenant, même si j’apprends encore. L’Euro de Tallinn m’a par exemple beaucoup appris. J’étais deuxième après le programme court. J’étais tellement euphorique que je n’ai pas pu contrôler mes émotions et j’ai laissé la médaille m’échapper dans le libre. J’ai appris que je devais rester calme et j’ai réussi à le faire ici".

Quatrième de l’Euro cette année à Tallinn, derrière trois Russes, et huitièmes des Jeux Olympiques, Loena Hendrickx avait terminé 5e des précédents Mondiaux en 2021 à Stockholm. Là encore, trois Russes avaient trusté le podium. La médaille d’or était revenue à Anna Shcherbakova tant aux Mondiaux qu’aux JO.

Les patineuses russes, favorites, et bélarusses étaient absentes de ces Mondiaux en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

"Bien sûr, les chances étaient plus ouvertes ici, alors qu’aux championnats d’Europe, je savais que les scores techniques des Russes seraient tout simplement trop élevés", dit Loena Hendrickx, qui s’était blessée à l’aine en chutant à l’entraînement il y a trois semaines. "Je n’ai pas pu m’entraîner pendant une semaine. Ensuite je me suis foulé la cheville, mais j’avais encore deux semaines pour préparer les Mondiaux. Je ne pensais pas à la douleur, seulement au patinage. En fait, je n’avais pas de grandes attentes pour ces Mondiaux, je voulais juste montrer un bon programme. Je l’ai fait et ça m’a valu une médaille. Mon libre n’était pas parfait mais j’en suis quand même très contente".

Loena Hendrickx est entraînée par son frère Jorik, lui-même ancien patineur. "Après les Jeux, Loena n’a pas pu faire complètement son programme libre", raconte Jorik Hendrickx. "Nous avons dû apporter des changements de dernière minute à son programme à cause de cette blessure à la cheville et pour la première fois, nous avons fait appel à un kiné. Nous avons fait un grand pas en avant. Elle peut encore s’améliorer. Elle prend de plus en plus confiance dans les sauts. Le public fantastique l’a également beaucoup aidée. Pas mal de nos amis étaient présents. Je n’étais pas certain de pouvoir venir vu que j’ai eu le covid après les JO, mais je suis très heureux d’avoir pu être là".

Patinage artistique - Loena Hendrickx - Programme libre

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous