Par Ouï-dire

[LIVRE] Christine Bernard - " J’ai été fusillée, ma chérie "

"Il s’agit d’un épisode de l’insurrection de Varsovie, au mois d’août 1944. C’est l’histoire d’une famille polonaise et d’une adolescente de 15 ans qu’une balle dans la tête aurait dû tuer. Cette rescapée se nomme Yola, c’est ma mère. Le temps est venu, me semble-t-il, de la transmission, de boucler certaines boucles, de réagencer les constellations familiales, d’ouvrir les archives et de laisser une trace pour les générations futures", écrit Christine Bernard.

 

Quand elle avait 12 ans, Christine Bernard a demandé à sa mère, Yola, née en 1929, pourquoi elle mangeait si bizarrement, sans pratiquement ouvrir la bouche. C’est alors qu’elle lui dit ces mots étrangement contradictoires : " J’ai été fusillée, ma chérie… ".

La petite Yola

C’est le début d’une enquête sur ses origines polonaises. La mère de Christine fait partie en août 1944 d’une bande d’adolescents qui s’implique dans l’insurrection de Varsovie.

Yolande, 15 ans, est fusillée d’une balle dans la nuque. Miraculée, elle survivra, souffrant cependant de lésions irréversibles.

Christine Bernard nous raconte l’épopée de sa mère, qui s’imbrique dans l’histoire des grands-parents, engagés dans la résistance polonaise.

Yola lui avait raconté cette histoire familiale ; celle de sa propre mère, Félicie, disparue ; celle de son frère, fusillé également ; celle de son père, Léopold, seul rescapé avec Yola, qui lui-même résistant, isolé de sa femme et de ses enfants, a connu arrestations, camps et évasions. Le père et la fille ont réussi à se retrouver tous les deux à la fin de la guerre et sont venus s’installer en France.

"C'est petit à petit qu'elle va prendre conscience de ce qui lui est arrivé, tout en gardant toujours cette distance : non, en fait, il ne s'est rien passé, ce n'est pas si important, ce n'est pas grave. Rien n'est important, sauf la vie. Elle a pris conscience que le destin lui a donné la chance d'être là. Donc la vie est très importante. Profiter de l'instant présent, relativiser, c'est très important.  Elle ne supportait pas les histoires, les disputes pour rien, les conflits, explique Christine Bernard.

A côté de ça, elle était d'une joie de vivre incroyable, mais presque trop. Parce que je crois que quelqu'un qui vit un traumatisme comme celui-là, qui n'est pas soigné, traîne en lui quelque chose de pas réglé. Elle a 15 ans, elle perd mère, frère, on tente de l'assassiner... On ne peut pas avoir une vie normale derrière. Je pense que c'était toujours un enfant jusqu'à la fin de sa vie."

Christine raconte aussi son propre voyage en Pologne avec sa fille, Emily, pour tenter de retrouver les lieux où se sont déroulés les événements à l’origine de son histoire personnelle.

Christine Bernard

Christine Bernard est coordinatrice des programmes à France Culture. Son livre " J’ai été fusillée, ma chérie " est publié aux Editions Mille Sources, avec une préface d’Annette Wieviorka, postface de l’historien Jean-Yves Potel pour un point sur la Pologne de 1930 à 1946.

Avec la voix de Yola dans une archive de Christophe Deleu.

Réalisation Pascale Tison

Ecoutez ici cette histoire de transmission...

Par Ouï-dire

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Comment se transmet la mémoire dans les familles de résistants et de collaborateurs ?

Transversales

Retour en BD sur l’aventure unique du Faux Soir

Entrez sans frapper

Articles recommandés pour vous