Regions Liège

Liège : trois "cycloyens" devant le tribunal pour faux marquages au sol

29 nov. 2021 à 15:09 - mise à jour 30 nov. 2021 à 13:17Temps de lecture1 min
Par Françoise Dubois

Ce mardi matin, trois militants du collectif "actions cycloyennes" se sont retrouvés devant le juge pour avoir peint des logos de vélo sur la voirie en Hors Château à Liège.

Ces cyclistes devaient répondre "d’entrave méchante à la circulation" et de "dégradation d’objet d’utilité publique". Les faits remontent à février 2019.

Cette nuit-là, munis de bombes de couleur et de pochoirs, ces 3 personnes avaient réalisé 23 logos pour dénoncer le manque d’infrastructures cyclables à Liège. Ils pointaient aussi plus particulièrement la dangerosité de cette rue et de son premier tronçon très étroit. Les logos positionnés au centre de la voirie incitaient ainsi les cyclistes à rouler au milieu pour éviter les dépassements dangereux par les automobilistes.

Repérés par les caméras de surveillance, ils avaient été interceptés par la police.

Le Ministère Public réclame 46 heures de travail d'intérêt général

46 heures de travail d'intérêt général, c'est ce que réclame le Ministère Public qui estime que, premièrement, il y a eu une dégradation de la voie publique avec une fausse signalisation au sol, et, deuxièmement, même si cette signalisation était censée garantir la sécurité des cyclistes, cela a peut-être mis en danger d'autres automobilistes. Le Ministère Public qui rappelle aussi que les trois cyclistes sont devant le tribunal correctionnel parce qu'ils ont refusé une transaction pénale. On leur proposait 100 euros chacun. Ils réclamaient l'acquittement.

Aujourd'hui, ces cyclistes se sont défendus. Ils rappellent avoir agi pour garantir la sécurité des utilisateurs du deux-roues dans les rues de Liège, et pour dénoncer une transformation de la ville de Liège qui est trop lente à leurs yeux. Xavier Jadoul, un des trois cyclistes poursuivis devant le tribunal: "Depuis très longtemps, très peu de choses sont faites, ou quand les infrastructures sont faites, elles le sont souvent de façon très succincte, pas toujours très bien pensée. On a encore eu récemment le cas de la rue Maghin qui a fait débat ici à Liège".

Ironie du sort, quelques mois après leur action, la ville de Liège a, elle-même, placé Hors Château sur la liste des rues cyclables autrement dit avec vitesse limitée et interdiction pour un véhicule motorisé de dépasser un cycliste.

Sur le même sujet

Liège : pas de condamnation pour les trois "cycloyens" poursuivis pour de faux marquages au sol

Regions Liège

Articles recommandés pour vous