UEFA Euro - Football

L’Euro vu par nos consultants : France, Belgique, Kevin De Bruyne et Karim Benzema en vedette, Angleterre et Portugal en embuscade

Qui va gagner l’Euro ? Qui va mettre le feu ? Qui va se planter ? Qui va empiler les buts ? Quel Diable va nous faire décoller ? Et surtout : nos Diables vont-ils lever la Coupe ? Place à la grande foire aux pronos… par pur plaisir et sans le moindre début d’ambition scientifique. Nos consultants sur l’Euro se mouillent. Fred Waseige, Thomas Chatelle, Alex Teklak, Stephan Streker et Swann  Borsellino : attention, ça adore, ça balance et ça dézingue.

LE FAVORI : AVANTAGE FRANCE

Elle est sur toutes les lèvres, et nos consultants n’échappent pas à la Bleumania : la France Championne du Monde prolongera en Europe son titre planétaire de 2018. Les Bleus de Didier Deschamps sont les chouchous de Fred Waseige, d’Alex Teklak et de Swann  Borsellino : le talent est là, le métier est là, aucun poste faible dans le commando de la Dèche. Thomas Chatelle opte pour le doigt de Porto : pour le Bruxellois (mais aussi pour Swann Borsellino, qui fait du Portugal son favori-bis), Cristiano et sa jeune troupe de pépites affamées rafleront le titre – dont la Seleçao, rappelons-le, est la tenante-surprise de 2016. Stephan Streker, lui, mise sur l’Angleterre, 4e du dernier Mondial mais si souvent décevante en grand tournoi. L’Equipe à la Rose aura l’avantage de jouer à domicile, où elle a raflé voici déjà… 55 ans le seul titre à son palmarès (Coupe du Monde 1966).

L’OUTSIDER : LES DIABLES EN EMBUSCADE

C’est bien connu : au banquet des nantis, c’est souvent l’invité-surprise qui rafle le dessert. Pour le dossard d’outsider, la Belgique emporte les faveurs de Fred Waseige, Thomas Chatelle et Alex Teklak. Stephan Streker voit bien l’Italie assumer sa réputation d’’équipe profilée pour les grands tournois. Enfin, Swann Borsellino opte pour la surprise… Danemark : les Vikings referaient-ils le coup de 1992… où ils avaient piqué la timbale après avoir été rappelés en dernière-minute de leur plage-claquettes ? Vigilance requise, donc, pour nos Diables dont le duel du 17 juin pourrait être celui des deux forces de l’ombre de cet Euro.

L’EQUIPE-REVELATION : GARE AU PORTUGAL

Quelle sera l’équipe-révélation ? Pour cet Euro itinérant, nos consultants activent aussi leur carte-voyages. Fred Waseige nous annonce le retour de l’Allemagne et de sa nouvelle génération, là où Thomas Chatelle pointe ses phares sur la Turquie, équipe frivole et toujours capable du pire… et du meilleur. Swann Borsellino rejoue son joker du Danemark, en lequel il croit ferme comme agitateur du début d’été. Mais c’est le Portugal qui devance tout le monde d’une tête, en ralliant les suffrages conjugués d’Alex Teklak et Stephan Streker. Gare au doublé pour le dernier tour de scène de CR7 !

LA REVELATION INDIVIDUELLE : UN COCKTAIL LATINO-NORDIQUE

Jack Grealish

Revisitez vos jokers Panini et actualisez vos fiches voici les animateurs de l’Euro selon nos experts. Fred Waseige met son oseille sur Pierre-Emile Hojbjerg, le régulateur danois de Tottenham qui a fait oublier Christian Eriksen dans l’entrejeu spur. Pareillement, Thomas Chatelle opte pour un légionnaire du milieu en choisissant le Tchèque Thomas Soucek, pur joueur d’équipe et de percussion, monstrueux cette saison avec West Ham. La Premier League se taille le gros de la pièce puisque Stephan Streker annonce les déboulés-roquettes de Jack Grealish, le meneur anglais d’Aston Villa aux mollets de rugbyman à 13.

Les chiens ne font pas des chats : ex-arrière central, Alex Teklak opte pour un membre de son espèce et prédit une baston signée Alessandro Bastoni, l’Italien clé de voûte de la défense de l’Inter coiffé du Scudetto. Cocorico belge aussi avec Jérémy Doku, choisi par Swann Borsellino pour mettre le feu aux flancs adverses dans le rôle de la machine à dribbler et qui s’érigerait ainsi en lapin-chapeau de Roberto Martinez.

L’EQUIPE-DECEPTION : DUR DE CONFIRMER UN MONDIAL

Ivan Perisic

Comme dit l’adage, ce sont les grands arbres qui prennent le plus de vent : les finalistes du dernier Mondial risquent donc de tomber de haut quand il s’agira de confirmer. Pour Stephan Streker, la France décevra dans sa quête de confirmation de son titre en Russie, et pour Fred Waseige, la Croatie ne retrouvera pas son niveau de 2018. Souvent cités en candidats-bis pour cet Euro, l’Allemagne (pour Thomas Chatelle), l’Angleterre (pour Alex Teklak) et les Pays-Bas (pour Swann Borsellino) seront les déceptions des quinzaines juin-juillet. A vérifier sur le pré vert, bien entendu.

LE JOUEUR-DECEPTION : STAR SOUS PRESSION

Robert Lewandowski

Qu’il est difficile d’être une vedette, mise sous pression permanente pour prester encore et toujours… Attendu par tout un peuple hexagonal comme artilleur d’un futur titre après son retour médiatique, propulsé " meilleur attaquant du monde " (sic) par Romelu Lukaku en personne, Karim Benzema n’assumera pas les énormes attentes placées en lui : c’est le pronostic de Stephan Streker. Même constat pour Fred Waseige qui pointe Robert Lewandowski : quand on est déjà au sommet après une saison-dynamite, on ne peut que redescendre…

Croyant peu en l’Angleterre, Alex Teklak classe Raheem Sterling, malgré son titre avec City, comme déception majeure du tournoi. Direction le Sud avec Thomas Chatelle, qui s’attend à un retour-bâton pour Sergio Busquets, à l’image de la difficile saison du Barça. Indécrottable optimiste sans doute, amoureux du jeu et des joueurs à coup sûr, Swann Borsellinone pointe… personne : chacun faisant de son mieux, cet Euro ne fournira, selon lui, aucun joueur-déception.

LE MEILLEUR BUTEUR : KARIM FOREVER

Karim Benzema

Comment ne pas le citer après cinq années au bagne de la douce France ? Karim Benzema a faim et ça s’est revu dès ses premières touches retrouvées en Bleu : le Madrilène a l’expérience, le talent et surtout la grinta du revanchard. Benzéma sera le meilleur buteur de l’Euro selon Fred Waseige et Alex Teklak. Amoureux nostalgique du pays où le foot trouve ses racines, Stephan Streker pointe Harry Kane, plus que jamais machine à marquer après son titre d’artilleur de Premier League, et malgré la saison en bémol de Tottenham. Côté buteur, Swann Borsellino voit double… et franco-anglais : selon lui, Kylian Mbappé et Harry Kane se partageront la couronne de pichichi. Enfin, un peu de chauvinisme qui fait tant de bien aux entournures chez Thomas Chatelle qui voit Romelu Lukaku transposer à l’Euro sa fringale de buts livrés avec l’Inter et les Diables.

LA STAR SERA BELGE… ET PORTUGAISE

Kevin De Bruyne

La star de cet Euro sera belge… avant tout : c’est le credo de nos consultants, avec Kevin De Bruyne en étendard, et malgré son masque. Patron de City et des Diables, Prince Kev est plébiscité par Thomas Chatelle, Swann Borsellino et Stephan Streker. Fred Waseige, lui, mise à fond sur Romelu Lukaku, qui va enfin tordre le cou (et fermer la bouche…) de tous les censeurs.

Côté plateau étranger Ngolo Kante, infatigable ratisseur des Bleus au sourire si craquant, est annoncé star non-belge de l’Euro par Thomas Chatelle et Swann Borsellino. Alex Teklak et Stephan Streker prennent le chemin de la Lusitanie : Joao Felix (Teklak) et Bruno Fernandes (Streker) vont crever l’écran de l’Euro-Festival, foi de consultants.

CAP FINALE POUR LES DIABLES

Enfin la réponse à la question qui nous tue tous : les Diables vont-ils enfin cueillir les fruits de la génération dorée ? La réponse est… malheureusement non.

Seul Stephan Streker y croit… mais en pointillés : " Les Diables " nous dit Stephan, " iront au bout du bout " (sic). Mais au bout de quoi ? De la victoire ? De la souffrance ? De la joie ? De leur potentiel ? On vous laisse traduire au gré de votre humeur du moment… Mais comme on dit souvent, l’essentiel est de tout donner. Un résultat vient ou ne vient pas, on ne contrôle pas tous les paramètres…

Pour le reste, nos consultants ne voient… pas nos Diables soulever le trophée. Fred Waseige et Thomas Chatelle nous voient arriver en finale… mais décrocher la plus mauvaise place, celle de battu. Swann Borsellino prédit une demi-finale. Et Alex Teklak, très exigent, nous voit échouer en quart de finale

C’est la magie compliquée… et si belle des pronostics : aux acteurs de démontrer aux analystes qu’ils valent mieux que tout ce qu’on prédit d’eux…

Sur le même sujet

Benzema : "Avec beaucoup de respect pour les autres équipes, mais mon ambition est de gagner l’Euro"

UEFA Euro - Football

La France s'impose face à la Bulgarie, "béquille" pour Benzema à une semaine du premier match de l'Euro

UEFA Euro - Football

Articles recommandés pour vous