RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Flandre

Les travailleurs du secteur des aides familiales et des services à domicile manifestent à Namur

Manifestation contre la réforme des aides familiales à Namur

JT 19h30

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

17 avr. 2018 à 05:45 - mise à jour 17 avr. 2018 à 09:12Temps de lecture1 min
Par Rudy Hermans

Ils devraient être environ un millier devant le cabinet de la ministre régionale de l'Action sociale, Alda Greoli (cdH), place des Céléstines, à deux pas de la tour namuroise des Finances.

Ils manifesteront à Namur pour montrer leur opposition au projet d'assurance autonomie que le gouvernement wallon veut mettre sur pied.

Qu’est-ce qu'on entend par "assurance autonomie" ?

Il s'agit d'un projet d'assurance qui prévoit une aide spécifique pour chaque Wallon qui arriverait en situation de dépendance physique, de façon temporaire ou permanente, qu'elle soit due à l'âge, à un handicap ou à la maladie. Et une des sources de financement de cette assurance serait une cotisation obligatoire de 50 euro par an pour tous les citoyens de plus de 26 ans.

Une délégation de manifestants a été reçue par la ministre de tutelle en fin de matinée.
Une délégation de manifestants a été reçue par la ministre de tutelle en fin de matinée. RTBF

Alors, pourquoi deux fédérations de services d'aide à domicile ont-elles décidé de manifester ce mardi matin, avec la FGTB, devant le cabinet d'Alda Greoli, ministre régionale en charge du dossier ? Hé bien parce qu'elles estiment que ce projet met essentiellement l'accent sur le volet "médical" de leur travail... en occultant tout le reste, tout le volet "social". Comme par exemple l'encadrement moral et administratif de familles en difficultés socio-économiques ou de personnes isolées, soit d'autres types de dépendance.

Les acteurs de terrain jugent aussi trop compliqué et trop le long le système d'évaluation qui devra déterminer si la personne a droit oui ou non à une aide spécifique.

Enfin, ils dénoncent un manque de concertation de la part de la ministre de tutelle, qu'une délégation de manifestants a rencontré en fin de matinée.

Articles recommandés pour vous