RTBFPasser au contenu
Rechercher

Les services publics belges trop peu accessibles en ligne

L'identification est souvent un obstacle à l'accès aux services publics en ligne
27 juil. 2017 à 16:33 - mise à jour 27 juil. 2017 à 16:33Temps de lecture2 min
Par Simon Bourgeois

Commander un extrait d'acte de naissance sur internet, un certificat de bonne vie et mœurs ou gérer son dossier pension en ligne, c'est encore rare chez nous.

Tout le monde n'est pas logé à la même enseigne car ce sont des démarches qui dépendent de niveaux différents: communes, régions, fédéral...

Certaines administrations sont plus connectées que d'autres "mais c'est vrai reconnait le ministre de l’Agenda numérique Alexander De Croo, on manque d'une stratégie globale".

Trop compliqué de se connecter aux services publics

Il ressort du Baromètre annuel de la société numérique du SPF Economie qu'un peu plus d'un Belge sur 3 remplit des formulaires officiels en ligne (34,9%). Dans certains pays européens, c'est deux fois plus. Pour Pierre Strumelle, du SPF Economie, il y a encore plusieurs obstacles en la matière chez nous: "Il faut d'abord avoir une lecteur de carte d'identité électronique. Il faut savoir l'installer, savoir l'utiliser. C'est toute une série d'obstacles parfois compliqués à surmonter pour les personnes qui ont un faible niveau d'éducation ou qui ont des revenus trop bas que pour avoir ce type d'appareil. Et puis, on est dans l'ère des smartphones et des tablettes, il faudrait adapter les systèmes pour remplir une séries de formulaires, sa déclaration d'impôt notamment, sous ces nouveaux formats".

Pierre Strumelle suggère aussi un portail unique pour y rassembler un bon nombre de documents officiels actuellement disséminés sur plusieurs sites différents, ceux des communes notamment.

Se mettre à la place du citoyen

Pour le ministre Alexander De Croo, la logique doit changer: "Jusqu'à présent, on se focalisait sur les besoins des administrations. Il faut maintenant se mettre à la place du citoyen et ses besoins. Il faut regarder quelles sont les interactions les plus fréquentes qu'il a avec les services publics et mieux organiser ça en conséquence".

Première objectif: améliorer l'accessibilité. "On doit travailler sur d'autres moyens d'identification dans le monde numérique admet Alexander De Croo. Il faut passer de la carte d'identité souvent compliquée, vers le smartphone, grâce à son empreinte digitale notamment".

Une démarche administrative en particulier est quand même accessible et rentre dans les mœurs en Belgique: remplir sa déclaration d'impôt. 54% des Belges utilisent Tax-on-Web. C'est mieux que la moyenne européenne. La Belgique a été précurseur dans ce domaine et s'en tire donc mieux que pour le reste des démarches.