Les ambassadeurs

Les prix nobelges de la Paix

08 mars 2022 à 15:40Temps de lecture2 min
Par Christian Vandelois

Alors que nous vivons des moments difficiles, pourquoi ne pas mettre à l’honneur la paix et plus précisément des prix Nobel de la Paix reçus par des Belges. Ils sont au nombre de 4. 

Le premier à le recevoir en 1904, c’est l’Institut de Droit international de Gand en reconnaissance de son action en faveur de l’arbitrage pacifique entre Etats lors de conflits. 

Cinq ans plus tard en 1909, le prix Nobel de la paix est décerné à Auguste Beernaert, chef de cabinet de Léopold II. Aujourd’hui, on l’appellerait Premier ministre. Il reçoit le prix Nobel pour ses positions sur le désarment et notamment la prohibition de la guerre dans les airs.

En 1913, Henri La Fontaine est le premier homme politique socialiste à recevoir le prix Nobel. Ardent défenseur de l’internationalisme, pacifiste convaincu, il dirigera le bureau international de la paix. Il est également le fondateur du Mundaneum, l’internet de papier en compagnie de Paul Otlet.  

Enfin en 1958, le lauréat belge du Nobel le plus connu du grand public est le Père Dominique Pire, le fondateur des îles de paix. Aumônier de la résistance durant la seconde guerre mondiale, le père Pire est récompensé pour son action humanitaire en faveur des personnes déplacées à la suite de la Seconde Guerre mondiale.  

Ayant appris en 1949 les conditions de vie misérables dans les camps de réfugiés venus de l’Est, il décide de venir à leur secours. Le père Pire organise un réseau qui va fournir de la nourriture, des vêtements et des médicaments à ces personnes déplacées. Grâce aux dons, il crée plusieurs villages européens de petites maisons pour réfugiés. Le prix Nobel de la paix 1958 lui est décerné " pour ses efforts pour aider les réfugiés à quitter leurs camps et à retrouver une vie de liberté et de dignité ". 

En 1957, il fonde une organisation qui entreprend des projets de développement dans d’autres parties du monde essentiellement dans le tiers monde, il s’agit des îles de paix. 

Son prix Nobel lui permet d’ouvrir à Tihange, près de Huy, l’université de la paix. Son objectif : promouvoir la paix par le dialogue. 

50 ans après la fondation de l’université de la Paix, Dominique Pire peut encore écrire la définition de l’Université de Paix : " une petite île de concorde, dans laquelle on enseigne et pratique la manière d’harmoniser les hommes dans leurs différences ".  

Certains devraient peut-être s’en inspirer ! 

Loading...

Articles recommandés pour vous