Les premiers tests sur les moules belges de la Côte sont prometteurs, selon Colruyt

Les premiers tests sur les moules belges de la Côte sont prometteurs, selon Colruyt
18 sept. 2018 à 19:54Temps de lecture1 min
Par Belga

Les premières moules belges cultivées dans le cadre du projet d'aquaculture en mer du Nord ont été testées lundi au siège du groupe Colruyt à Hal, en présence du secrétaire d'Etat Philippe De Backer (Open Vld). La chaîne de supermarchés espère pouvoir commercialiser ces moules, qualifiées de délicieuses, dès 2020.

Dix partenaires sont impliqués dans le projet, dont plusieurs entreprises et des chercheurs de l'UG et de l'Institut flamand pour la recherche en agriculture et pêche (ILVO). Des tests sont menés sur un site proche de Nieuport ainsi qu'au parc éolien pour tester le potentiel et les possibilités de l'aquaculture dans la partie belge de la mer du Nord.

Tandis que seules des moules sont cultivées au parc éolien, des huîtres plates, des coquilles Saint-Jacques et des algues de type Laminaire sucrée le sont à Nieuport. Il s'agit de la première expérience de culture suspendue de moules au monde dans des parcs éoliens.

Les premiers résultats obtenus sur les moules sont prometteurs. Avec une teneur en chair supérieure de 36 à 39% par rapport aux moules traditionnelles, ces moules apparaissent comme savoureuses, ressort-il des tests réalisés. Elles se développent également particulièrement rapidement. Elles atteignent leur taille maximale en 12 mois, contre 18 à 20 mois pour les moules de Zélande. Colruyt souhaite commercialiser ces moules belges sous sa marque Boni Selection.

Philippe De Backer a évoqué mardi lors d'un discours le nouvel Aménagement des espaces marins pour la mer du Nord. "Des zones sont prévues pour que les entreprises développent des activités industrielles et commerciales comme l'aquaculture. En créant ces zones, le gouvernement a clairement fait le choix d'offrir à l'économie bleue un cadre nécessaire pour poursuivre les activités de manière durable. La procédure d'attribution de ces zones suit son cours et j'attends avec impatience les premiers projets qui seront réalisés à partir de 2020."