Les premiers secours mieux équipés en cas d'attentat

Des véhicules de premiers secours plus équipés à l'avenir
12 mai 2016 à 15:26 - mise à jour 12 mai 2016 à 15:26Temps de lecture1 min
Par Baptiste Hupin

La plupart des acteurs des services d'aide médicale urgente s'accordent à dire que les secours ont plutôt bien fonctionné au moment des attentats de Zaventem et de Maelbeek. Les députés de la commission d'enquête ont d'ailleurs unanimement salué le travail des services de secours.

Mais face à l'ampleur exceptionnelle des événements et à la gravité des blessures des victimes, les premiers secours se sont rapidement trouvés démunis par manque de matériel. Jean-Paul Labruyère, deuxième commandant du service d'aide médicale urgente de Bruxelles-Capitale en a témoigné devant la commission d'enquête parlementaire. "Une partie des membres du personnel nous ont dit qu'ils étaient arrivés face un trentaine de blessés. Et en moins de 5 minutes leurs valises étaient vides."

Confirmation sur le terrain: à la centrale des pompiers bruxellois, le soir du 22 mars, les services de secours font le constat que le matériel des véhicules de secours n'était pas adapté à la nature des blessures des victimes. "J'étais présent à la caserne", se souvient Eric Labourdette. "Le soir même, certains de mes gars qui sont d'anciens militaires ont directement trouvé que ce qu'il y avait dans nos ambulances ne convenait pas à ce type de situation. Nos ambulances sortent quotidiennement pour des malades, des blessés. Mais certainement pas pour des blessés comme ceux du 22 mars."  

Plusieurs kits plus adaptés équiperont les ambulances

Pour Eric Labourdette qui est aussi délégué syndical SLFP, il n'y a pas eu de défaut de prévoyance. Mais la réaction ne s'est pas faite attendre. "En 28 ans de carrière comme pompier à Bruxelles, je n'ai jamais vu de réaction aussi rapide." Plusieurs kits de bandages spéciaux ont été commandés. Et les pompiers sont peu à peu formés à l'utilisation du nouveau matériel. 

Les ambulances des pompiers bruxellois transporteront en permanence cinq de ces kits. Les autopompes en transporteront 10. Il s'agit de pouvoir faire face à un nombre plus important de blessés. Ces pansements spéciaux permettent notamment de stopper des hémorragies importantes.

Selon Eric Labourdette, les nouveaux équipement seront rapidement opérationnels. "Dans le courant du mois prochain", espère-t-il.

 

 

Sur le même sujet