Bon à savoir

Les parapluies "tempêtes" résistent-ils au vent ?

Les parapluies "tempêtes" résistent-ils au vent ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

17 févr. 2020 à 07:39Temps de lecture1 min
Par Tangui Horel

Nous achetons 3 parapluies. Le premier coûte 18€ chez HEMA. Le deuxième est un parapluie de golf à 20€ chez décathlon. Le troisième est de la marque Senz et 69,90€ chez Coolblue. Dans les trois cas, l’argument est le même : "conçu pour résister à des vents forts". On va vérifier ça au "Airspace Indoor Skydiving" à Charleroi, un endroit où on peut faire du saut en parachute, sans parachute. C’est donc une turbine qui souffle au sein d’un grand tube transparent où on peut maîtriser la force et la vitesse du vent. Pratique pour notre test si ce n’est que la vitesse minimum qu’on peut appliquer est de 70 km/h.

On commence par le moins cher : le parapluie estampillé "tempête" de chez HEMA. La turbine est allumée et à peine déployé, le parapluie se retourne, ce qui a l’air d’être normal. Mais le problème, c’est que les baleines se cassent très rapidement.

2e essai, le modèle de chez décathlon. Normalement, il est fait pour le golf mais est supposé résister à des vents forts. Dès les 70 km/h il se retourne, mais ça ne casse pas, on montera même un la turbine jusque 100 km/h et ça tient !

Le dernier modèle, celui de marque Senz, acheté chez Coolblue, rentre dans la turbine et tient quelques secondes avant que les baleines en métal ne se plient… Et on n’a même pas dépassé les 70 km/h ! Pourtant, sur l’étiquette, on nous promet que ça résiste jusqu’à 100 km/h

En résumé, de nos 3 modèles, seul un a survécu : celui de chez décathlon. Il coûte 3 fois moins cher que notre parapluie haut de gamme. Et il n’est même pas estampillé comme résistant aux tempêtes… Contrairement aux deux autres.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous