Les Nuits 2013: Rencontre avec Veence Hanao, sculpteur sonore

Veence Hanao
05 mai 2013 à 16:07Temps de lecture4 min
Par François Colinet

Veence Hanao a connu le plaisir des récompenses avec son album "Saint-Idesbald". Il a réussi à se faire un nom avec un art particulier, proche des codes du hip-hop tout en osant les questionner. La preuve avec ce nouveau disque, objet d'une rencontre décontractée.

 

Loin des clichés du hip-hop, votre album est une composition sonore complexe. Pensez-vous que cela rende ce genre musical plus accessible ?

 

Veence Hanao : Depuis mes premiers projets, j'ai appris à mélanger des sons sous forme de couches, des beats, des sons urbains, etc. J'aime bien laisser des traces du processus de création. Je ne réfléchis pas, je fonctionne dans le moment, au jet spontané. Cela rend parfois l’écoute plus facile, parfois pas. Évidemment, je ne fais pas du rap avec des boucles de 4 mesures et des refrains à gimmicks, cela ne m’intéresse pas des masses. Je préfère une construction plus complexe, une évolution. J'essaie d'y mettre un aspect cinématographique.

 

On est justement marqué par ce lien presque naturel entre vos compositions sonores et vos vidéos...

 

Veence Hanao : Je vois des images en écrivant et j'écris plein de choses que j'ai vécues ce qui permet facilement de mettre des images dessus. J'adore les promenades, j'observe en me promenant. Du coup, je vois plein d'images et j'ai envie de les raconter. En plus, je suis noctambule, du coup les documentaires animaliers je n'y coupe pas !

 

Le morceau "Chasse et pêche" raconte l'histoire d'un type blasé qui refuse tous les divertissements que la vie pourrait lui proposer parce qu'il n'est pas bien. On parle beaucoup des actions des gens mais on s'attarde rarement sur leurs moments d'errance. Sur ce qui peut se bousculer dans leur tête et les paralyser.

 

Vous utilisez des métaphores puissantes pour appuyer vos propos, on pense à cette chanson "Mickey Mouse"

 

Veence Hanao : Les gens ont peur du vide, peur de se retrouver avec eux-mêmes parce qu'ils ont trimé toute leur vie sans réfléchir, en courant dans tous les sens. C'est un constat, pas un jugement de valeur. Parce qu'on a tous quelque chose à fuir.

 

Le rap ou le hip hop sont-ils automatiquement synonymes de thématiques sombres, de gravité ?

 

Veence Hanao : Non, pas forcément. Il y a un renouveau du rap divertissement, festif, positif, même si l'origine de cette musique est attachée aux couches populaires et aux difficultés de leurs vies. Mais aujourd'hui, cela évolue, j'ai l'impression que la majorité des rappeurs viennent de la classe moyenne, ils n'ont plus la même histoire, les sentiments exprimés dans le rap sont multiples et en constante évolution. Par contre, l'élément urbain est sans doute ce qui nous relie. On vit dans des mégapoles trop grandes, trop anonymes, qui nous oppressent. Et du coup, on a besoin d'extérioriser ce ressenti. La pression urbaine est vraiment spécifique et influence cet univers musical. Mais j'imagine que les thématiques de solitude, d'ennui, d'errance et de doute sont aussi ressenties à la campagne. Elles seraient simplement exprimées différemment.

 

Vous serez sur scène pour les Nuits Botanique dans quelques jours, la pression monte ?

 

Veence Hanao : Oui. Le live, c'est le plus important. La sortie d'un disque, c'est un prétexte, une carte de visite pour aller sur scène. C'est un accouchement qui permet les concerts même si je flippe comme un dingue chaque soir où je joue. Dans les 3 premiers morceaux, je sens en général si cela va être une belle soirée ou pas. Le public n'est jamais gagné d'avance. On est parfois très surpris de l'accueil d'un public assis très attentif alors qu'un public debout, que l'on pense plus chaud, peut être dans l'attente passive. Il n'y a pas de règle, c'est la surprise, ce qui explique le stress !

 

Vu votre amour des images, proposez-vous des aspects visuels pendant les concerts ?

 

Veence Hanao  Je réfléchis à insérer des images dans les concerts. Ce serait logique vu ma démarche. Mais je freine toujours un peu parce qu'il y a un risque à imposer des images à des gens qui se sont construit leurs propres images mentales en écoutant l'album. Donc, on pense proposer des images assez abstraites.

L'octave de la musique reçue pour "Saint-Idesbald", votre album précédent, a-t-elle eu de l'impact sur votre carrière ?

 

Veence Hanao  Cela fait plaisir, c'est une vraie reconnaissance du boulot accompli, cela permet d'élargir un petit peu le public. Mais, avouons que cela retombe très vite. La mise en vitrine de la musique chez nous n'a pas beaucoup d'impact. Ceci dit, je dois me réjouir de pouvoir vivre de ma musique depuis "Saint-Idesbald" grâce à une vraie structure professionnelle autour de moi et de mon projet..

 

Entretien : François Colinet

 

En concert:

 

11/05/13 - 21h10 Les Nuits du Bota, Grand Salon, Bruxelles  

25/05/13 - 21h20 Europavox, Coopérative demai, Clermont-Ferrand, France

18/07/13 - 15h15 Dour Festival,

19/07/13 - 18h20 Francofolies de Spa, Jardin de la Francophonie

11/08/13 22h00 Brussel Summer Festival, Magic Mirror

Veence Hanao "Loweina laurae" (Autoproduction / ARE Music)

Veence Hanao - Loweina Laurae

"C’est clair qu'il ne faut plus grand chose pour que tout se casse la gueule" , la première phrase de l'album donne le ton : sombre, grave, réaliste mais loin de la déprime parce que Veence nous transmet son énergie vitale à chaque étape de ce voyage urbain. Des textes qui prennent le pouls de citadins plus ou moins désespérés, aux détours de leurs vies ordinaires. Une vie qui ne leur permet que trop rarement de vivre leurs rêves. Emballés des strates sonores, plus que dans de véritables mélodies, construites en patchwork pour l'oreille. Un travail minutieux et très original. Qui donne force au propos. Mais qui peut aussi sembler décousu et indigeste. Exigeant de l'auditeur un véritable effort, ce disque n'en reste pas moins très puissant FC

Sur le même sujet

Les Nuits Botanique : Samedi 11 mai 2013

The Voice

Les Nuits Botanique - la Nuit belge

The Voice

Articles recommandés pour vous