Monde Europe

Les ministres européens font le point sur les défis du secteur sidérurgique

L'Europe a reconnu la gravité de la situation auquel fait face la sidérurgie en Europe.
09 nov. 2015 à 19:39 - mise à jour 09 nov. 2015 à 19:39Temps de lecture1 min
Par Belga

Les ministres européens chargés de l'Industrie se sont réunis d'urgence à Bruxelles lundi, à la demande du Royaume-Uni, pour discuter de la situation de la sidérurgie en Europe, mise à mal par la concurrence chinoise et le prix de l'énergie. "Le Conseil s'entend sur la gravité de la situation et sur la nécessité d'agir pour assurer la viabilité à long terme du secteur", a assuré le ministre luxembourgeois Etienne Schneider qui dirigeait la réunion.

Les ministres européens se sont penchés sur les défis auxquels est actuellement confronté le secteur européen, qui emploie 350.000 personnes, dont 30.000 en Belgique.

La sidérurgie européenne menacée par la surproduction mondiale
L'existence même de l'industrie est menacée en Europe par "la surproduction mondiale d'acier estimée à 500 millions de tonnes, soit trois fois le niveau de production dans l'UE", a expliqué le ministre luxembourgeois, "ce qui fait chuter les prix et encourage les comportements de distorsion de concurrence", a-t-il a ajouté. Il a en outre cité "le prix de l'énergie extrêmement élevé en Europe par rapport aux autres régions productrices. Nos producteurs paient par exemple deux fois plus que leurs homologues américains".

Les ministres ont adopté des conclusions informelles listant leurs priorités pour restaurer la compétitivité de la sidérurgie européenne. Parmi celles-ci, ils recommandent d'"utiliser pleinement les instruments de défense commerciale pour décourager les comportements distordant la concurrence", a expliqué M. Schneider, mais aussi "d'intensifier les discussions avec des partenaires sidérurgiques tels que la Chine, la Russie, l'Inde, le Belarus et la Turquie". La réforme en vue du système d'échange de quotas d'émission de CO2 de l'UE (ETS) devra aussi prendre en compte les difficultés des industries très énergivores.

Cinq PDG de groupes industriels comme ceux d'Arcelor Mittal, Tata Steel Europe et ThyssenKrupp Steel Europe discuteront avec les ministres au cours d'un dîner de travail lundi soir. La question reviendra sur la table des ministres européens du Commerce le 27 novembre prochain.