Regions

Les infractions routières que le parquet de Charleroi ne poursuit plus

10 à 15% des dossiers sont classés sans suite, faute de moyens suffisants pour les traiter.
07 mai 2014 à 02:34 - mise à jour 07 mai 2014 à 18:09Temps de lecture1 min
Par OPPENS Xavier Van

La Justice manque d’effectifs et fait comme elle peut.

A Charleroi comme ailleurs, en matière de roulage, des priorités ont donc été fixées. On ne lâche rien sur les infractions graves, on lève le pied sur celles, dit le Parquet, " qui ne portent pas atteinte à la sécurité routière ".

La limite est cependant floue : rouler en vélo la nuit sans éclairage suffisant, ne pas mettre son clignotant avant d’effectuer un manœuvre, garer son véhicule avec deux roues sur le trottoir, ou encore emprunter le couloir des bus. Pas très grave, en effet, mais susceptible malgré tout de bousculer parfois la sécurité pour le cycliste, pour pour une maman avec un landau sur un trottoir encombré, ou pour un piéton surpris quand il traverse.

Mais voilà : 80 000 dossiers sont traités chaque année à Charleroi et si 60 000 se règlent rapidement, via le paiement d’un PV, des milliers d’autres devraient être pris en charge par la Justice. Alors les forces sont mises sur les infractions graves, et tant pis pour l’impression de laxisme que cela peut donner.

Attention toutefois à ceux qui envisageraient de s’offrir quelques infractions sans risque, à Charleroi comme ailleurs : à tout moment un Parquet peut changer son fusil d’épaule et modifier la tactique mise en place pour parer au manque d’effectifs.

Les infractions non sanctionnées à Charleroi; et ailleurs ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

RTBF

Les amendes non payées à Charleroi

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous