Coupe du Monde 2022

"Les freestylers belges sont des légendes en Russie"

"Les freestylers belges sont des légendes"
16 juin 2018 à 13:33 - mise à jour 16 juin 2018 à 13:33Temps de lecture1 min
Par Lancelot Meulewater

Pavel et Vadim sont deux stars du football freestyle en Russie. Leurs vidéos sur les réseaux sociaux sont suivies par des milliers de personnes à travers le monde. Ils voient leur discipline comme un mélange entre de l’art et de la performance sportive. 

"Dans la vie, chacun a envie de se trouver une voie. Le freestyle est un excellent moyen car tu peux t’exprimer à travers le ballons. Tu te construis une personnalité à travers les figures que tu réalises, nous glisse Pavel. Au début, je suis tombé sur des vidéos et je pensais que ce serait impossible de faire pareil. Mais à force de travail, tu peux devenir bon. A la base, il ne faut pas être talentueux."

Les freestylers viennent-ils pour autant directement du monde du football ? "Les deux mondes se rejoignent, nous répondent-ils. Parfois ce sont des mecs qui jouaient au foot, qui ont eu des gros soucis physiques et qui se sont tournés vers cette autre discipline, qui demande peut-être moins d’exigence physique mais plus de concentration."

Si les garçons continuent aujourd’hui d’élargir leur panel de 'tricks', ils le font le regard tourné vers l’Europe de l’ouest, grand berceau de la créativité qui repousse les limites du connu. "En Belgique, vous avez un gars qui est une star mondiale. Il s’appelle Soufiane Bencok. Il devrait être une légende pour vous. Les gens qui font du freestyle de nos jours essaient de le copier parce qu’il est super rapide. Et en plus il n’est pas le seul belge à être performant."

Les korobkas, coeur du street soccer à Moscou

Les joueurs nous avaient fixé rendez-vous au bas de leur immeuble, sur le terrain du coin qui se nomme 'korobka'. 

"Si tu traduis ça littéralement, korobka veut dire 'boîte'. Cela s’appelle comme ça à cause de la forme du terrain, entouré de barrière pour que le ballon ne sorte jamais."

Ces terrains qu’on trouve principalement dans les banlieues existent depuis les années 70 et la période soviétique. Ils étaient initialement dédiés au hockey sur glace, qui demeure le sport national. Mais peu à peu, ils ont été transformés en playground de football. Les jeunes et les vieux s’y côtoient.

"C’est le cœur du street soccer à Moscou, quand tu cherches un endroit pour jouer au foot, il n’y a rien à part les korobkas."