"Les Etats-Unis ont besoin d'alliances, mais avec des règles", a affirmé Antony Blinken à l'OTAN

"Les Etats-Unis ont besoin d’alliances, mais avec des règles", a affirmé Antony Blinken à l’OTAN
24 mars 2021 à 16:39 - mise à jour 24 mars 2021 à 16:39Temps de lecture2 min
Par Belga

Les Etats-Unis ont plus que jamais besoin d’alliances pour affronter les menaces qui se multiplient et se complexifient, a affirmé mercredi le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, tout en appelant les alliés de l’Otan à respecter leurs engagements en matière de défense.

"Les Américains savent que les États-Unis sont plus à même de faire face à ces menaces – comme le changement climatique, la pandémie de Covid-19, les inégalités économiques, une Chine qui s’affirme de plus en plus – avec des partenaires plutôt que d’essayer de le faire seuls", a-t-il affirmé lors d’un discours sur la politique étrangère de l’administration Biden prononcé à Bruxelles, au siège de l’Otan.


►►► À lire aussi : Le ministre américain des affaires étrangères à Bruxelles : portrait d’Antony Blinken


"Et tous nos alliés peuvent en dire autant", a ajouté le secrétaire d'Etat.

Selon lui, les Etats-Unis ont plus que jamais besoin d’alliances, même si le défi auquel ils sont confrontés est de les adapter et de les renouveler afin qu’elles puissent faire face aux menaces d’aujourd’hui et continuer à produire des effets pour la population.

"Créer des alliances plus fortes"

Il a néanmoins prévenu les alliés qu’ils devraient faire des efforts en matière de défense, du moins pour ceux qui n’ont pas encore atteint le seuil des 2% du Produit intérieur brut (PIB) consacrés aux dépenses de défense.

"Permettez-moi donc d’être clair sur ce que les États-Unis peuvent promettre à nos alliés et partenaires. Lorsque nos alliés assumeront leur juste part du fardeau, ils auront leur mot à dire dans les décisions", a lancé le secrétaire d'Etat.

Nous demanderons la même chose à nos alliés en retour

"Nous consulterons nos amis tôt et souvent. C’est un élément clé de la politique étrangère de l’administration Biden-Harris, et c’est un changement par rapport au passé", a-t-il ajouté en faisant allusion aux quatre ans du mandat de l’ex-président Donald Trump.

"Des alliés plus forts créent des alliances plus fortes. Et alors que les États-Unis développent leurs capacités stratégiques pour répondre aux menaces […], nous veillerons à ce qu’elles restent compatibles avec nos alliances – et qu’elles contribuent au renforcement de la sécurité de nos alliés. Nous demanderons la même chose à nos alliés en retour", a souligné Antony Blinken.

Seuls dix des 29 alliés de Washington ont atteint le seuil des 2% de leur PIB consacrés aux dépenses de défense fixé par l’Alliance atlantique en 2014, lors d’un sommet au Pays de Galles.

Sur le même sujet

Un sommet de l’Otan à Bruxelles le 14 juin prochain