Les derniers pour la route du lundi 7 octobre

tournage LAD
07 oct. 2013 à 20:45Temps de lecture4 min
Par lver

Un roman sur fond de philosophie et de débit de boisson suivi d'un roman réunissant Proust et le foot. Hé oui, c'est possible. Un polar qui démarre sur les chapeaux de roue dans un club échangiste et un roman noir qui nous plonge dans un asile de fou. Un recueil de nouvelles de science-fiction aux horizons surnaturels et un conte érotique coquin et caustique. Alléchant, non ?  

"Arrête, arrête" de serge Bramly - Ed Nil

Thierry Bellefroid
"Arrête, arrête" de serge Bramly - Ed Nil


À quelques mois de la fin de sa peine, un condamné coupe son bracelet électronique et se retrouve en cavale. Il rend une visite furtive à sa fille, lui dit au revoir, lui emprunte sa voiture et roule vers Paris. Est-il devenu fou ? Veut-il se suicider ? Prépare-t-il un coup ? Il remonte à pied les Champs-Élysées, se met à l'abri sous un porche pendant une averse, croise le regard d'une femme troublante. Puis il se réfugie dans une boîte échangiste ou, jadis, il avait des intérêts. Dans la pénombre rassurante, il va se mettre en quête d'une arme et croiser le regard d'une femme. Celle des Champs-Élysées ? Il en est certain, mais elle lui jure qu'il y a méprise. Cela ne va pas les empêcher de s'aimer.

 

 

 


 

"Le sermon sur la chute de Rome" de Jérôme Ferrari - Ed Babel

"Le sermon sur la chute de Rome" de Jérôme Ferrari - Ed Babel

Dans un village corse perché loin de la côte, le bar local est en train de connaître une mutation profonde sous l’impulsion de ses nouveaux gérants. À la surprise générale, ces deux enfants du pays ont tourné le dos à de prometteuses études de philosophie sur le continent pour, fidèles aux enseignements de Leibniz, transformer un modeste débit de boissons en “meilleur des mondes possibles”. Mais c’est bientôt l’enfer en personne qui s’invite au comptoir, réactivant des blessures très anciennes ou conviant à d’irréversibles profanations des êtres assujettis à des rêves indigents de bonheur, et victimes, à leur insu, de la tragique propension de l’âme humaine à se corrompre.
 

"Chercher Proust" de Michaël Uras- LC éditions du nouveau livre

Michel Dufranne
Michaël Uras, "Chercher Proust" (LC éditions du nouveau livre)

Jacques Bartel renvoie l'image d'un homme discret, ordinaire, limite médiocre. Il ne brille pas en société, ne triomphe pas en amour, n'impressionne pas professionnellement. Pourtant, sa vie intérieure est riche et féconde. Bartel est en réalité un être qui vit en marge d'un monde qui ne partage pas ses valeurs et ses enthousiasmes. Dès son jeune âge, il se passionne anormalement par Marcel Proust.
A 14 ans, il tombe malade. Dans un accès de douleur, il saisit un livre et le mord. Par miracle, la souffrance disparaît. "Pour la première fois, Marcel Proust venait de me soulager". Incompréhension de ses proches devant sa passion montante. Sa mère a lu que Proust aimait les hommes. Son fils serait-il homosexuel ? Bartel devient "chercheur", spécialiste de l'oeuvre proustienne. Il se nourrit de cette passion qui ne le mène nulle part.
Jusqu'à ce qu'un jour, de réceptacle catalyseur des pensées et du talent des autres, il se mue lui-même en écrivain, passant du côté sombre au côté ensoleillé de la rue. Quel douloureux chemin de croix vers son accomplissement mais quelle belle métamorphose.
 

« Hôpital psychiatrique " de Raymond Castells - Ed Rivages / noir

« Hôpital psychiatrique " de Raymond Castells - Ed Rivages / noir

Mai 2010. Louis et Louise, si âgés aujourd'hui qu'ils peuvent tout avouer, racontent leur vie quotidienne à l'hôpital psychiatrique où ils se sont connus pendant la Seconde Guerre mondiale. Les supplices infligés par les gardiens. Les expérimentations médicales sur les patients. L'arrivée d'un régiment allemand. La cohabitation entre les soldats de la Wehrmacht et les malades mentaux qui se partagent les bâtiments pendant que collaborateurs et résistants se livrent à leurs activités clandestines dans les sous-sols et dans les combles. Et le plan qu'ils mettent au point pour s'échapper de cette maison de fous.
Raymond Castells, psychologue clinicien, reconstitue l'univers surréaliste de l'hôpital psychiatrique pendant l'Occupation, où des soldats allemands ont effectivement cohabité avec des internés, des collaborateurs et des résistants.

 

"Question de méthode" de Philip K Dick - Ed Folio SF

Gorian Delpâture
 "Question de méthode" de Philip K Dick - Ed Folio SF

N’y a-t-il pas de quoi être surpris lorsque votre mari rentre de voyage, méconnaissable? Ou quand on sonne à votre porte pour réparer un appareil dont vous n’avez jamais entendu parler? Quelle serait votre attitude si vous trouviez le moyen de vendre des outils à des hommes du futur… désespérés? Arriveriez-vous à vivre dans un monde où chacun possède des pouvoirs psy? Ne serait-ce pas merveilleux si des extraterrestres se mettaient à produire des copies d’objets dont nous avons un besoin vital? Et que se passerait-il si vous décidiez de renouveler un abonnement de train pour une destination qui n’existe pas?

Question de méthode présente onze nouvelles de Philip K. Dick, onze textes de science-fiction dans lesquels il traque, avec le talent dont il est coutumier, d’hypothétiques accrocs à la réalité.

« Gisèle et Béatrice » de Feroumont -Dupuis

« Gisèle et Béatrice » de Feroumont (Dupuis)

Comme beaucoup de femmes, Béatrice est moins payée et moins considérée que ses collègues masculins. Lorsque son patron saute le pas du harcèlement sexuel, elle décide de le prendre à son propre piège. Grâce à une plante magique ramenée d'Afrique, elle le transforme en femme. Devenu "Gisèle", sans statut, sans papiers, sans passé, il n'a d'autre choix que de rester chez Béatrice, qui en fait son objet sexuel, et accessoirement aussi sa femme de ménage.

Débarrassée de son patron macho, Béatrice accède au poste qu'il occupait. Toute à sa revanche, elle jouit d'abord sans bornes de sa nouvelle position de pouvoir. Quant à Gisèle, elle découvre la vie quotidienne d'une femme soumise, qui vaque entre les tâches ménagères, les journées passées à la maison et les fantaisies sexuelles de Béatrice, devenue sa maîtresse dans tous les sens du terme. Sans cesse surveillée, enjointe de se soumettre à tous les désirs de Béatrice, Gisèle va pourtant réussir à compenser, peu à peu, le déséquilibre originel de leur relation.
Avec ce conte érotique teinté de satire sociale, qui mêle scènes coquines, humour caustique et vrais sentiments, Benoît Feroumont s'empare d'un sujet complexe, qui touche à la question des genres, à la sexualité, au pouvoir et au fantasme. Un récit troublant, qui allie sensualité, humour et propos engagé, pour un public averti.

 

Concours LAD

Une liseuse numérique et cinq titres en ligne à gagner.

Articles recommandés pour vous