Les derniers pour la route du lundi 17 février

tournage LAD

Romans, B.D et cinéma. Pour tous les goûts, il y en a. De l'humour, du noir, de la légèreté et de la tragédie. Tous les tons sont déclinés. Du polar, du portrait, du road movie, du thriller, des nouvelles. Bien des genres littéraires sont représentés. Rien que pour satisfaire vos envies et votre curiosité.

"Goodbye Bukowski" de Flavio Montelli - Casterman écritures

Thierry Bellefroid
"Goodbye Bukowski" de Flavio Montelli - Casterman écritures

À cinquante ans passés, l’américain Charles Bukowski est un écrivain célèbre, autant par ses frasques que par son oeuvre. À la première personne et en noir et blanc, d’un trait à la fois léger et très personnel, Flavio Montelli tient la chronique de ce parcours et de ce destin littéraires hors norme, porté par une personnalité profonde, complexe : provocateur, jaloux, excessif, désaxé, alcoolique, mais aussi désemparé et touchant, Bukowski aujourd’hui comme hier irrite autant qu’il séduit. Par anecdotes juxtaposées, le récit revient sur les moments et les personnages marquants de son existence : l’écriture, l’alcool et l’addiction, les femmes qu’il a aimées, son travail alimentaire de postier, le désordre mental qui rôde… La seconde moitié de l’album prend le parti de remonter le temps en direction de l’adolescence, pour tenter d’y déceler quelques-unes des clés permettant de mieux comprendre, peut-être, le personnage extrême qu’est devenu Bukowski sur le tard. Un portrait d’une grande honnêteté, constamment passionnant, qui rend l’hommage qu’il mérite à l’une des plus grandes figures des lettres américaines contemporaines.

"La princesse des glaces" de Léonie Bischoff & Olivier Bocquet - Ed Casterman

"La princesse des glaces" de Léonie Bischoff & Olivier Bocquet - Ed Casterman

La première adaptation en bande dessinée de la célèbre série de polars de Camilla Läckberg. Erica Falck, trentenaire installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise où elle écrit des biographies, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête, Erica est vite convaincue qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint. Stimulée par cette flamme naissante, Erica se lance à la conquête de la vérité et met au jour, dans la petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître, des secrets détestables. Bientôt, on retrouve le corps d’un peintre clochard – encore une mise en scène de suicide

 

"Les Classiques du cinéma bis"de Laurent Aknin,Nouveau Monde Ed.

Michel Dufranne
Laurent Aknin, "Les Classiques du cinéma bis", Nouveau Monde Ed.

Après le succès de Cinéma bis, 50 ans de cinéma de quartier (2007), qui recensait les acteurs et réalisateurs cultes de genres "mineurs" du cinéma mondial depuis les 50 dernières années (péplum, érotisme, westerns spaghetti, science-fiction, fantastique...), voici son indispensable complément : le guide illustré des 500 films incontournables pour tout amateur de "bis". Une sélection illustrée d'affiches et photos toujours aussi délirantes !

 

"Les chiens de Belfast" de Sam Millar - Ed Seuil

"Les chiens de Belfast" de Sam Millar - Ed Seuil

Il s’en passe de belles, à Belfast, cet hiver-là…Deux mains gauches sont découvertes dans les entrailles d’un sanglier abattu à la chasse. Vingt ans plus tôt, c’étaient des chiens sauvages échappés du zoo qui déchiquetaient les corps…Et il ne fait pas bon s’attarder dans les bars : une femme mystérieuse — pute ou pas pute ? — attire plusieurs hommes de la ville dans ses filets , puis s’offre à leurs dépens des séances de torture raffinées avant de les achever. Le soin de démêler les fils sanglants de cette série macabre échoit à Karl Kane, détective privé cabossé par la vie et hanté par un drame digne d’un fantasme de James Ellroy.
Et ce n’est pas la police qui va l’aider. L’humour noir, très noir, mais cultivé, de Sam Millar est de nouveau présent dans ce premier volet d’une trilogie policière pas comme les autres.

 

« Mailman » de J. Robert Lennon- Monsieur Toussaint Louverture

Gorian Delpâture
« Mailman » de J. Robert Lennon - Monsieur Toussaint Louverture

Publié à l’aube du vingt et unième siècle, Mailman, road movie existentiel et méchamment drôle, marque la naissance d’une nouvelle révélation de la littérature américaine.
Avec ce roman tendu comme un arc, J. Robert Lennon nous entraîne – de New York à la Floride en passant par le Kazakhstan – dans l’univers d’Albert Lippincott, dit Mailman. Facteur dévoué et maniaque d’une petite ville américaine, Mailman a ses petits secrets: l’habitude compulsive de photocopier et de lire le courrier des autres, une inquiétante dépression nerveuse et la relation tordue qu’il entretient avec sa sœur. Aussi, lorsque l’un de ses usagers se suicide – à cause d’une lettre retenue trop longtemps? –, les événements se précipitent pour Llippincott, qui va devoir faire face une fois pour toutes aux nombreuses fêlures de sa vie.

 

« Nosfera2 » de Joe Hill - JC Lattès

« Nosfera2 » de Joe Hill (JC Lattès)

Il suffit que Victoria monte sur son vélo et passe sur le vieux pont derrière chez elle pour ressortir là où elle le souhaite. Elle sait que personne ne la croira. Elle-même n’est pas vraiment sûre de comprendre ce qui lui arrive. Charles possède lui aussi un don particulier. Il aime emmener des enfants dans sa Rolls-Royce de 1938. Un véhicule immatriculé NOSFERA2. Grâce à cette voiture, Charles et ses innocentes victimes échappent à la réalité et parcourent les routes cachées qui mènent à un étonnant parc d’attractions appelé Christmasland, où l’on fête Noël tous les jours ; la tristesse hors la loi mais à quel prix…Victoria et Charles vont finir par se confronter. Les mondes dans lesquels ils s’affrontent sont peuplés d’images qui semblent sortir de nos plus terribles cauchemars.
 

« Plein Gaz » de Joe Hill et Stephen King - JC Lattès

« Plein Gaz » de Joe Hill et Stephen King (JC Lattès )

Sur une route désolée du Nevada, un gang de motards est pris en chasse par un camion fou, apparemment bien décidé à les éliminer un à un. Il n’existe qu’une seule issue pour sauver sa peau : ne jamais ralentir…Inspiré par le désormais classique Duel, de Richard Matheson, adapté au cinéma par Steven Spielberg dans son premier film, Plein Gaz marque la première collaboration entre Stephen King et Joe Hill.

 

Articles recommandés pour vous