Biodiversité

Les braconniers accélèrent l’évolution : les éléphants naissent de plus en plus sans défenses

25 oct. 2021 à 12:00 - mise à jour 12 août 2022 à 12:21Temps de lecture2 min
Par Chloé Rosier

Les scientifiques s’en doutaient mais une étude est venue confirmer les craintes : de plus en plus d’éléphants naissent sans défenses pour se protéger des braconniers. Revenons sur cet article dans le cadre de la Journée mondiale des éléphants.

Évidemment, le bébé éléphant dans le ventre de sa mère ne se dit pas qu’il ne va pas développer de défense. C’est un processus d’évolution comme il y en a beaucoup d’autres dans la nature sauf que celui-ci est induit par l’action de l’homme et est beaucoup plus rapide que la normale.

Les défenses des éléphants ne sont pas là pour faire joli (ou pour être utilisées par l’Homme à des fins esthétiques ou pour la médecine traditionnelle), elles sont un réel avantage évolutif : elles permettent de soulever des branches lourdes, de renverser des arbres, de les écorcer, de se battre et de creuser des trous pour l’eau et les minéraux. Un avantage évolutif jusqu’à ce que l’humain se dise que c’est joli et tue les animaux avec les plus belles et les plus grosses défenses.

Evoluer pour survivre parmi les hommes

AnderAguirre – Getty Images

La nouvelle étude, publiée dans le magazine Science, a analysé la population d’éléphants dans le parc national de Gorongosa au Mozambique et constaté que de plus en plus d’éléphants femelles naissent sans défenses et ce, depuis 1992. Selon les chercheurs, ce serait une réponse évolutive au massacre brutal de leur population pendant la guerre civile de 15 ans dans le pays.

L’étude a montré clairement que les femelles sans défenses avaient cinq fois plus de chances de survivre sur une période de 28 ans que leurs homologues femelles avec défenses. Il est donc naturel que les femelles sans défenses aient pu plus facilement se reproduire.

Pourquoi les mâles ne subissent pas cette diminution ?

La génétique fait son bonhomme de chemin, moins il y a d’individus avec défenses qui se reproduisent, moins il y aura d’individus avec des défenses qui naîtront. Cependant, bien que cette tendance a été constatée même lorsqu’il n’y a pas de braconnage dans la région, elle n’est présente que chez les éléphants femelles.

"Les femelles ont 2 chromosomes X. Chez les femelles sans défenses, l’un de ces chromosomes est 'normal' et l’autre contient les informations supprimées", a expliqué Ryan Long, professeur agrégé de sciences de la faune à l’Université de l’Idaho, par email à CNN. "Lorsqu’une femelle sans défenses conçoit une progéniture mâle, ce mâle a 50% de chance de recevoir le chromosome X affecté de sa mère. S’il reçoit le chromosome "normal", alors il survivra et naîtra avec l’information génétique nécessaire pour produire des défenses." Cependant, s’il reçoit le chromosome avec la variante génétique sans défense, il ne survivra pas dans l’utérus parce que cette variante est mortelle pour les mâles.

L’absence de défense est-il un handicap ?

Jami Tarris

D’après l’étude, il n’y a pas d’impact négatif aujourd’hui pour les éléphants femelles à ne pas avoir de défenses. Elles continuent de vivre normalement, elles peuvent se nourrir (bien que leur alimentation soit différente de celle des mâles et qu’elles consomment plus d’herbes qu’eux) et se reproduire.

Ryan Long conclu : "La population se porte bien et il y a beaucoup d’éléphants sans défenses. Ils se sont clairement adaptés à la vie sans défenses mais il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas."

Un éléphanteau retrouve son troupeau grâce à un test ADN

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Apaiser les éléphants blessés et aveugles de Thaïlande par la musique classique

Journal du classique

Une intelligence artificielle pour répertorier précisément les espèces menacées

Biodiversité

Articles recommandés pour vous