Athlétisme

Les Belges bredouilles à la Nuit de l'athlétisme

Eline Berings
20 juil. 2019 à 20:19 - mise à jour 20 juil. 2019 à 20:19Temps de lecture4 min
Par G. Z avec Belga News

La 40e Nuit de l'athlétisme d'Heusden a donné, samedi, l'occasion à plusieurs athlètes belges de s'attaquer aux minima qualificatifs pour les championnats du monde de Doha (27/09-6/10). Aucune tentative n'a abouti.

Seule Eline Berings, qui n'en était qu'à sa 2e course de la saison, après sa blessure au genou de l'hiver dernier, a réussi le minimum (12.98) sur 100m haies (12.97) mais le vent (+ 2,1 m./sec.) trop généreux (max. 2,0 m/s) a invalidé les performances sur les haies hautes.

Outre la prestation de Berings, on retiendra l'échec de la jeune Elise Vanderelst dans sa tentative de minimum mondial sur 1.500m (4:06.50) où elle s'est classée 3e en un temps de 4:07.53, son 2e temps absolu sur la distance. Renee Eykens est, de son côté, restée à bonne distance du minimum mondial sur 800m (2:00.60), se classant 6e de la course en 2:03.41. Dans le 200m, la victoire est revenue à Imke Vervaet (23.45). Sur 400m, la récente championne d'Europe du 400m haies U23, Paulien Cockuyt avait opté pour le 400m plat où elle s'est classée 2e en 54.03, en pulvérisant son record personnel (55.65). On notera également le record personnel de Camille Laus sur le 200m (23.62) dont elle a pris la 4e place. La Bruxelloise reprenait la compétition après un gros bloc d'entraînement.

Chez les messieurs, Michael Obasuyi est resté à 1/10e de seconde (13.56) du minimum pour Doha (13.46) sur 110m haies, en approchant toutefois son record personnel de 2/100e. Isaac Kimeli, déjà qualifié pour les mondiaux sur 5.000m, s'est attaqué sans succès au minimum pour Doha sur 1.500m (3:36.00) où il a terminé 3e en 3:37.90. Soufiane Bouchikhi s'est contenté d'un temps de 13:30.67, loin du minimum mondial (13:22.50).

Les relayeurs du 4 x 400, ont, quant à eux, lancé leur soirée athlétique avec le 200m d'Heusden où Jonathan Borlée, 2e, a couru en 20.88 derrière le jeune Sud-Africain Clarence Munyai (20.04). Jonathan et Dylan Borlée, Jonathan Saccor et Sven Van Den Bergh (qui a remplacé Kevin Borlée) se sont ensuite facilement imposés dans le relais devant l'équipe de France en 3:07.71.

Dans les concours, Claire Orcel est passée tout près de la qualification mondiale en hauteur où elle a manqué trois fois sur le minimum pour Doha (1m94) pour s'imposer dans le concours avec 1m91. La recordwoman de Belgique de perche Fanny Smets (4m46) est quant à elle restée à bonne distance du minimum mondial (4m56) avec un saut à 4m16 (4e).

Les réactions de nos athlètes

Jonathan Borlée: "Nous faisons tout pour être en forme pour les prochains JO"

"Je pense que nous avons signé un bon début de saison en compétition, alors que nous avons à peine commencé à travailler en spécifique pour le 400mMon niveau de vitesse est correct, avec 20.88 sur 200m. Nous avons enchaîné avec le relais, ce qui est parfait dans le cadre de notre programme d'entraînement".

Jonathan Borlée a souffert de problèmes à l'ischio après les World Relays à Yokohama, le 12 mai dernier. "J'ai dû tout arrêter au niveau de la vitesse après les Relays. J'ai repris une préparation de fond. On a bien travaillé sur l'ischio et c'est désormais oublié. En tout cas, les championnats du monde de Doha sont encore loin et je sens qu'avec l'âge et les années, je dois faire attention. Cette saison, avec les championnats du monde à la fin septembre, est compliquée, mais c'est le cas pour tous les athlètes et il faut faire avec. Je ne suis, par ailleurs, pas encore vraiment concentré sur le minimum individuel pour le 400m (45.30). Je m'entraîne bien et j'espère que le résultat du travail se montrera bientôt en compétition. Mais l'objectif principal est aux prochains Jeux Olympiques et nous faisons tout pour être en bonne forme en 2020 dans cette optique".

Jonathan Sacoor: "J'ai besoin d'entraînements spécifiques pour aller plus vite"

"Je suis bien entraîné en volume mais nous n'avons pas encore travaillé en spécifique pour le 400m et mon problème actuel est que je n'arrive pas à monter en acide lactique pendant la course", a indiqué Jonathan Sacoor. "Je ne suis pas encore capable d'aller plus vite et j'ai besoin d'enfin commencer l'entraînement spécifique pour le 400. Heusden était un point de repère pour savoir où j'en suis et je sais que je dois encore beaucoup travailler à l'entraînement. Nous partons une semaine en stage dans le Sud de la France et nous allons ensuite enchaîner les compétitions. Nous avons certes encore beaucoup de temps pour les championnats du monde de Doha".

Dylan Borlée: "J'espère que le travail accompli paiera"

"Heusden était la reprise après 4 semaines difficiles", a indiqué Dylan Borlée. "Ca a fait du bien de reprendre la compétition à Heusden, même si j'aurais besoin de récupérer un peu après le travail intensif. La saison, avec les mondiaux en fin septembre, est différente et il faut s'adapter, comme prendre ses vacances au mois de juin, ce qui est tout à fait inhabituel. J'espère que tout le travail accompli paiera pour les Mondiaux de Doha".

Camille Laus: "Contente de mon record personnel"

"Nous avons passé un mois d'entraînement très dur et c'est la première semaine où nous pouvons relacher un peu", a indiqué la Belgian Cheetah. "Le but était de profiter de ce 200m pour faire de la vitesse avant de s'attaquer résolument au minimum mondial sur 400m (51.80, ndlr). Je suis contente de ma prestation ici qui est mon record personnel. Je vais consacrer tout le mois d'août pour tenter de ma qualifier Il y aura des courses toutes les semaines et le but sera de culminer au championnat de Belgique et au Mémorial Van Damme".

Elise Vanderelst: "Je manquais de fraîcheur"

"J'étais à Heusden pour atteindre le minimum mondial pour Doha, malheureusement, ce n'est pas passé. Je suis quand même contente car j'ai donné tout ce que j'avais. Mais je manquais certes un peu de fraîcheur. Je vais prendre une dizaine de jours de repos et me repréparer pour tenter à nouveau le minimum à la fin août. La course ici est partie vite mais j'ai joué la prudence, en sachant que je passais quand même dans les bases du minimum mondial. J'ai craqué un peu sur la fin, par manque de fraîcheur. Rendez-vous à la fin août".

Claire Orcel: "Les bons sauts sont sortis au bon moment"

"Je suis contente, il y a de bons sauts qui sont sortis au bon momentC'est la première fois de la saison que je tentais 1m94. Je n'attends plus rien de mes concours, j'y vais et je me dis qu'on verra. Et ça me convient bien. Tous mes pépins physiques ont disparu, je peux m'entraîner à fond, sauter plusieurs fois par semaine et je peux bien récupérer".

Articles recommandés pour vous