Le tribunal de première instance de Bruxelles ordonne l'expulsion du skatepark Planet Park

Le tribunal de première instance de Bruxelles ordonne l'expulsion du skatepark Planet Park
18 août 2017 à 17:21Temps de lecture1 min
Par Belga

Le tribunal de première instance de Bruxelles s'est prononcé sur la présence du skatepark Planet Park dans les bâtiments de la SLRB (Société de Logement de la Région bruxelloise) et a ordonné son expulsion, a annoncé vendredi en fin de journée la SLRB. Le juge a estimé que la sécurité des visiteurs ne pouvait pas être garantie. Il s'agit d'une ordonnance sur base d'une requête unilatérale, mais la partie adverse était représentée. Planet Park doit fermer les portes dans les 24 heures de la signification du jugement par voie d'huissier, le cas échéant des astreintes seront imposées à concurrence de 1.500 euros par jour. Le président de "Planet Park" Anthony Aymard annonce qu'il fera opposition à cette décision, sur base d'une étude d'un cabinet d'experts indépendant effectuée en urgence jeudi.

La SLRB se dit disposée à coopérer de manière constructive, à chercher des solutions avec Planet Park et à lui laisser le temps de déménager sereinement.

D'importants problèmes de stabilité

Le skatepark "Planet Park" a pris ses quartiers il y a deux ans dans une usine désaffectée située dans le quartier Cureghem à Anderlecht. La SLRB a racheté le site en février dans l'optique d'y construire 397 logements publics, deux écoles et 14.600 m2 d'activités. D'après une étude de stabilité réalisée en avril pour estimer si la convention établie avec l'ancien propriétaire pouvait être continuée, les bâtiments présentent d'importants problèmes de stabilité qui mettent en péril la sécurité des usagers.

Le président de "Planet Park" Anthony Aymard explique pour sa part que cela ne concerne qu'une partie inutilisée du site. "L'expert de la SLRB n'a jamais mis les pieds dans le skatepark. Il s'est notamment basé sur un entrepôt à proximité qui s'est effondré. Notre expertise a été faite de manière totalement indépendante sur le skatepark en lui-même." Elise Beyst, porte-parole de la SLRB, remarque que les usagers accèdent à différentes parties du site.

La SLRB a par ailleurs reçu un arrêté de démolition de la commune d'Anderlecht, contre lequel Planet Park a déposé un recours en extrême urgence au Conseil d'Etat. Ce dernier a cependant été rejeté le 2 août dernier.

Articles recommandés pour vous