Tour de France

Le nouveau combat de "Hulk" Sagan

Peter Sagan
27 juin 2013 à 14:55Temps de lecture2 min
Par Belga News

Pour ses débuts l'année passée, le Slovaque avait gagné par KO. Avec trois victoires d'étape à la clé et une avance impressionnante de 141 points à Paris sur l'Allemand Andre Greipel, "Hulk" (il avait singé le personnage en gagnant à Metz) avait succédé au palmarès au Britannique Mark Cavendish. Pour l'anecdote, il était devenu le plus jeune vainqueur dans l'histoire de ce classement créé en 1953.

"C'est mon grand objectif, encore plus que les victoires d'étapes", annonce une nouvelle fois Sagan au site du PMU, parraineur du maillot vert. "Je ne pense jamais trop à l'avance aux étapes, je cherche à donner le meilleur de moi-même chaque jour et à mettre à profit toutes les occasions possibles pour m'imposer. Je serai plus marqué. Mais j'aime les défis !"

"Je pense avoir progressé dans les montées, j'ai travaillé pour être plus résistant", explique le Slovaque, qui affiche (déjà !) 13 succès à son bilan 2013. "Je chercherai à en tirer profit par rapport à Cavendish, Greipel, et aux autres candidats au maillot vert".

A la différence de l'année passée, lorsqu'il devait cohabiter avec les deux premiers du Tour (Wiggins, Froome), "Cav" dispose cette fois d'une équipe à son service. Le sprinteur de référence -23 succès à son actif depuis 2008- affiche d'ailleurs la couleur: "Comme chaque année, le maillot vert est un objectif. Ça passera par des victoires d'étape."

L'attraction Quintana

Le ManxExpress, vainqueur à cinq reprises sur le Giro, a coché un total de sept étapes pouvant se conclure par un sprint massif. Mais Sagan a l'avantage, par rapport à lui et aux autres routiers-sprinteurs (Greipel, Kristoff, Goss, Kittel, Bouhanni, etc), de pouvoir inscrire des points dans d'autres étapes, plus vallonnées.

Autre couleur convoitée, le blanc à pois rouges qui distingue le meilleur grimpeur. Le classement réunit les spécialistes, qui empochent les points sur les différentes ascensions, et les candidats au maillot jaune, avantagés par la formule qui double les points dans la dernière ascension.

Pour des coureurs tels que Chris Froome et Alberto Contador, il est toutefois hors de question de gaspiller des forces dans des sprints en haut des premiers cols. Cette stratégie récurrente des leaders avait laissé l'an passé la voie ouverte à Thomas Voeckler, "roi de la montagne" 2012.

L'attraction, cette fois, devrait venir de Nairo Quintana, un néophyte du Tour. A 23 ans, le vainqueur du Tour du Pays basque promet de s'inscrire dans la lignée des grimpeurs colombiens, beaucoup plus près de Lucho Herrera (vainqueur du GPM en 1985 et 1987) que de Mauricio Soler, le dernier coureur sud-américain à figurer au palmarès (2007).

Le maillot blanc de meilleur jeune, réservé aux coureurs nés depuis le 1er janvier 1987, semble destiné à son détenteur de l'année passée, l'Américain Tejay Van Garderen, cinquième du classement final en 2012. A moins que Thibaut Pinot...

Belga