Jupiler Pro League

Le mutisme de Ricardo Sá Pinto, une issue inéluctable

Ricardo Sa Pinto
31 mars 2018 à 19:02Temps de lecture1 min
Par Jonathan Anciaux

Nouvel épisode Ricardo Sá Pinto après la victoire du Standard contre Charleroi. Cette fois, il a pris une décision forte et plutôt catégorique.

"Je ne communiquerai plus avec la presse jusqu’à la fin de la saison." L'entraîneur portugais s'estime incompris, trop souvent critiqué par les médias. "Vous me tuez depuis 9 mois ! Je ne comprends pas pourquoi c'est si difficile de dire : Bravo coach. Félicitations coach. Quel travail fantastique."

En plus d'un manque supposé de reconnaissance, Sá Pinto n'a pas apprécié que la presse suggère l’arrivée de Michel Preud'homme dès la fin de la saison. Il semblerait que les négociations soient déjà avancées entre MPH et la direction. Il a souvent été vu à Sclessin et le Président, Bruno Venanzi, rêve de le revoir à Liège.

Le tacle de trop selon Sá Pinto qui se pose une nouvelle fois en victime, défendu par Olivier Renard, le directeur sportif, lors de l’émission La Tribune du 19 mars dernier. "On vient remettre une pression supplémentaire à Ricardo qui a déjà eu sur toute la saison."  Par contre, il ne nie pas les contacts entre le club et Michel Preud’homme.

Le contrat de Sa Pinto a automatiquement été prolongé d'un an avec la qualification pour les PO1. Mais les doutes tournent autour de sa personnalité. Ses frasques ont d'ailleurs plus souvent été mises en avant que son coaching. Les épisodes Sa Pinto sont légion, son cinéma après un verre de bière reçu sur le pied en Coupe, ou encore ses altercations avec le corps arbitral. L'entraîneur se croit souvent intouchable et peut irriter ses compères entraîneurs. László Bölöni l’expliquait sur le plateau de la Tribune en décembre dernier. "C’est une personne conflictuelle. La différence entre lui et le Bon Dieu, c’est que le Bon Dieu ne veut pas être Sá Pinto."

Décrié, il l'a beaucoup été notamment en raison de ses relations délétères avec la presse. Mais un entraîneur qui gagne a toujours raison.

Suivi par son groupe, c'est le coach avec le meilleur bilan depuis l’arrivée de Venanzi comme président. Sá Pinto ne parlera donc plus aux médias. Demeurera le point d'interrogation sur son avenir au Standard.

Sur le même sujet