Au bout du jour

Le modèle californien: "Il y a eu un tournant après 2013"

Le modèle californien: "Il y a eu un tournant après 2013"
22 nov. 2018 à 16:02 - mise à jour 22 nov. 2018 à 16:02Temps de lecture2 min
Par RTBF

La Californie, où sont nés Internet et les technologies qui ont bouleversé notre monde, est au cœur de l’économie mondiale. Elle est aussi le lieu où s’inventent un nouveau modèle de société et un autre imaginaire politique. Fondée sur la collaboration et le partage, valorisant l’innovation, l’entrepreneuriat et l’association, cette société nouvelle offre au reste de la planète l’image d’un avenir possible. La sociologue Monique Dagnaud y a consacré un ouvrage intitulé "Modèle californien, comment l’esprit collaboratif change le monde". Elle était l’invitée d’Eddy Caekelberghs dans Au bout du jour.

Comme le rappelle Monique Dagnaud, le modèle californien s’est développé sur l’idée d’un nouveau modèle de société : "C’est exactement comme la naissance du socialisme. Dans les pays européens, on s’est projeté au 19ème avec le socialisme avec l’idée qu’on allait améliorer les sociétés. Eh bien, en Californie, au 20ème siècle, il y a eu un autre projet à portée universelle à partie de la communication décentralisée, mais aussi une série de valeurs et l’idée d’améliorer la société. Au départ, c’est donc une utopie forte, mais elle a laissé beaucoup de traces dans la société d’aujourd’hui. Même si les logiques de l’internet sont des déclinaisons marchandes, il reste un imaginaire et une façon de voir les relations entre les individus, et de croire en la toute-puissance de la technologie".

2013, un changement dans l’idéologie d’internet

Selon la sociologue, l’arrivée d’internet est longtemps restée synonyme d’une culture de partage. Mais depuis quelques années, elle pointe des changements importants : "Depuis 2013, le regard a changé. Cela a accompagné un très grand mouvement de libéralisme économique. Mais surtout, il y a d’autres aspects. Si on prend Facebook par exemple, au début c’est une idéologie adolescente. On est amis et on interagit. Il y avait de l’authenticité, dans les relations pas de publicités, etc. Mais quand, à partir de 2013 sont sorties toutes les grosses études sur le Big data, cela a été un premier choc. Cela a donné un sacré coup à ce modèle. L’affaire Snowden a été un deuxième coup. On s’aperçoit que les Etats-Unis espionnent le monde entier. Tout ça a été à l’encontre de l’une des valeurs phares des hackers, qui était de respecter la vie privée".

Articles recommandés pour vous