Régions Brabant wallon

Le ministre wallon Willy Borsus enterre (définitivement?) le projet de contournement routier à Wavre

Le projet de contournement consistait en l'aménagement d'un tronçon de 3,5 kilomètres entre le rond-point de la Noire Epine à Wavre et la N25 à Doiceau, en passant par la chaussée de Louvain.

En réponse à une question du député wallon Laurent Heyvaert (Ecolo), le ministre Willy Borsus (MR), en charge de l’aménagement du territoire, indique avoir refusé le permis d’urbanisme sollicité pour la construction du contournement nord de Wavre. L’information publiée par le journal L’Avenir nous a été confirmée.

En décembre 2021, le Conseil d’Etat avait annulé le permis d’urbanisme accordé deux ans plus tôt pour ce méga-chantier routier. Automatiquement, le dossier était alors revenu dans les mains du ministre, chargé de statuer une nouvelle fois sur la demande de permis en tenant compte des critiques formulées par le Conseil d’Etat. Cette demande a donc été recalée.

Les eaux de ruissellement

Pour justifier son refus, le ministre avance deux éléments. D’abord, il y a la question du ruissellement des eaux. A l’examen du dossier, il est apparu que la cellule GISER (Gestion intégrée Sol Erosion Ruissellement) n’a pas été sollicitée à l’époque. Le ministre lui a donc demandé son avis sur le projet de contournement. Résultat, la cellule GISER y est favorable mais fixe tout de même une série de conditions. Or, selon Willy Borsus, il est impossible d’intégrer ces conditions sans modifier le projet en profondeur sur certains points.

"Les adaptations techniques requises sur la base de l’avis de la cellule GISER appelaient des plans modifiés, ainsi qu’un complément corollaire d’étude d’incidences, qu’il était matériellement impossible de fournir dans le cadre du délai de rigueur imposé par le Code (NDLR : le CoDT, Code wallon du Développement territorial)", peut-on lire dans la réponse du ministre.

L'impact sur la faune

Le second motif du refus est l’absence d’un complément d’étude d’incidences sur l’environnement relatif à la faune locale. Dans son arrêt, le Conseil d’Etat estimait que l’impact du contournement routier sur le milieu naturel n’avait pas été mesuré de façon suffisante. Cet élément n’a manifestement pas été corrigé depuis.

Voilà donc le projet de contournement routier probablement enterré de façon définitive. En théorie, rien n’empêche la direction des routes d’introduire une nouvelle demande, mais elle devrait alors repartir d’une page blanche. Et politiquement, l’idée d’un tel projet routier semble avoir vécu.

Sur le même sujet: Archive (JT 13/10/2019)

1200 personnes manifestent contre le projet du contournement Nord de Wavre

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous