Monde

Le froid tétanise toujours l'Europe et a déjà fait 600 morts

Les pompiers roumains à pied d'oeuvre pour dégager leurs concitoyens bloqués par la neige
11 févr. 2012 à 20:51 - mise à jour 11 févr. 2012 à 20:52Temps de lecture4 min
Par Belga News

Ces très basses températures qui sévissent sur le continent depuis une dizaine de jours ne font toutefois pas que des malheureux: des centaines de milliers d'Allemands ont patiné samedi sur l'Aussenalster, fleuve formant un lac au coeur de la ville de Hambourg, recouvert de plus de 20 centimètres de glace.

Inversement, les amateurs de rugby ont été déçus, le match France-Irlande, prévu samedi à 21h00 (20h00 GMT) au Stade de France, dans la banlieue parisienne, pour le compte de la 2e journée du Tournoi des six nations, ayant été reporté à une date indéterminée quelques minutes avant le coup d'envoi pour cause de terrain gelé.

Danube gelé

Autre illustration de l'intensité de cette vague de froid en Europe, le Danube a totalement gelé à proximité du port de Silistra, dans le nord-ouest de la Bulgarie, une première en un bon quart de siècle, puisque cela n'était plus arrivé depuis l'hiver 1984-1985.

Un gel complet, sans le moindre mouvement d'eau, a été observé samedi sur 11 kilomètres, près de ce port, cependant que la glace occupait entre 40 et 90% des 450 kilomètres du fleuve en Bulgarie.

Le gel d'une partie du Danube a obligé l'Autriche, la Croatie, la Serbie, la Bulgarie et la Hongrie à y suspendre la navigation.

600 morts

Sur l'ensemble du continent, et particulièrement en Europe orientale et dans les Balkans, le froid a continué à tuer et le nombre total des morts était samedi supérieur à 600, toutes victimes confondues et en comptant la Russie.

Trois autres personnes ont péri en Serbie et deux au Kosovo, portant à 42 le bilan des décès dus au froid dans les Balkans du sud (19 en Serbie, deux au Kosovo, 11 en Bosnie, quatre au Monténégro, trois en Croatie, deux en Macédoine et un en Albanie).

Environ 110 000 personnes étaient toujours isolées dans des villages reculés de Serbie et du Monténégro et la capitale monténégrine Podgorica était paralysée par une couche de neige dépassant les 50 centimètres, un niveau jamais atteint depuis un demi-siècle.

Dans le sud du Kosovo, une avalanche a enseveli onze personnes, dont deux ont été retrouvées sans vie. Les neuf autres étaient toujours piégées sous la neige et une équipe de sauveteurs tentait de les secourir.

30 000 Roumains bloqués

En Roumanie, huit personnes sont mortes d'hypothermie ces dernières 24 heures, faisant passer le bilan officiel à 65 morts, tandis qu'environ 30 000 personnes étaient encore bloquées samedi par des amas de neige glacée.

Dans le village de Carligul Mic, dans l'est du pays, certaines maisons étaient ceintes d'une épaisse couche de neige montant parfois jusqu'au toit. Pompiers et volontaires aidaient les habitants à creuser des couloirs d'accès à leurs habitations.

Un pont aérien a été mis en place vendredi pour acheminer des denrées vers les localités qui ne peuvent plus être atteintes par la route.

En Ukraine, les autorités ont cessé de communiquer chaque jour de nouveaux chiffres sur les morts de froid. Les derniers publiés officiellement, mardi, étaient d'au moins 135, faisant de l'Ukraine le pays où le bilan des décès est le plus lourd.

En Pologne, les basses températures ont tué 82 personnes depuis le début de l'actuelle vague de froid et quelque 50 personnes sont mortes asphyxiées par le monoxyde de carbone ou dans des incendies causés par des systèmes de chauffage défaillants.

En Russie, 46 personnes ont péri depuis début février. Le froid a également tué 24 personnes en Lituanie, 10 en Lettonie et une en Estonie.

En République Tchèque, où des températures tombant à -40°degrés étaient attendues samedi et dimanche dans les montagnes et à -25°degrés à Prague, on compte au moins 25 morts. Seize personnes sont mortes en Hongrie et cinq en Slovaquie.

Les exportations d'électricité bulgares stoppées

La Bulgarie, où le froid a fait 30 morts en une dizaine de jours, a dû cesser vendredi ses exportations d'électricité, ayant besoin de toute sa capacité pour répondre à la demande intérieure.

On compte aussi cinq morts en Grèce.

En Italie, où le bilan s'élève à plus de 45 morts, d'intenses précipitations neigeuses se poursuivaient samedi dans plusieurs régions. Mais Rome, ville recouverte d'un manteau de neige pour la deuxième fois en une semaine, a su faire face cette fois sans difficulté à l'urgence.

Les autobus, trams et métros circulaient presque normalement dans la capitale, en contraste avec le chaos que les chutes de neige de la semaine dernière avaient provoqué.

Cette fois-ci, les autorités locales s'étaient mieux préparées: elles avaient distribué 10.000 pelles, positionné 700 camions de déblayage et chasse-neige sur les artères importantes et prévu 5.000 tonnes de sel.

En France, deux personnes ont perdu la vie vendredi soir, portant à 14 le nombre des morts en onze jours.

Il s'agit d'un couple de sexagénaires retrouvés morts sur les bords d'un étang. Ils se promenaient apparemment en bateau quand l'homme est tombé à l'eau. Sa femme a plongé pour essayer de le sauver, elle est parvenue à le ramener sur la berge, mais ils sont tous les deux morts d'hypothermie avant d'avoir pu prévenir les secours.

Par ailleurs, l'approvisionnement de la Turquie en gaz venant d'Azerbaïdjan a repris après plusieurs jours d'une interruption causée par une avarie due à la glace sur une plate-forme d'extraction en mer Caspienne, selon l'agence de presse Anatolie.

La vague de froid touche aussi le nord de l'Afrique, particulièrement l'Algérie où 46 personnes sont mortes en raison du froid en une semaine. Des habitants exaspérés ont par endroits bloqué des routes, tandis que les autorités, critiquées pour leur impréparation, commençaient à s'organiser.


Belga