Icône représentant un article audio.

Clavier bien tempéré

Le clavier bien tempéré de Bach : à l’origine de la forme du "Prélude"

Le clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

11 avr. 2022 à 09:00Temps de lecture17 min
Par Cécile Poss avec Julien Libeer

Alors que dans le Clavier Bien tempéré, le prélude forme un ensemble avec la fugue, chez les compositeurs ultérieurs comme Chopin, Rachmaninov ou Scriabine, le prélude devient une pièce à part entière, autonome. Or, cela n’a pas toujours été le cas.

Au XVIIIe siècle, lors d’un concert, il est habituel pour le musicien de se chauffer les mains en public. La coutume veut qu’avant de jouer le morceau principal, on improvise préalablement quelques pièces dans la tonalité de la pièce maîtresse. En allemand, « Extemporieren, fantasieren, capricieren, varieren, preludieren » signifient improviser.

C’est qu’à l’origine, le prélude est une improvisation. Cela sous-entend que tout n’était pas noté sur la partition. D’ailleurs à l’époque baroque, il est courant que les partitions soient incomplètes.

Découvrez ci-dessus le sixième épisode de la série Le clavier bien tempéré de Bach. Un regard sur l’origine et l’influence de cette œuvre centrale et essentielle, avec le pianiste Julien Libeer, le musicologue spécialiste de Bach Gilles Cantagrel et le musicologue Lothar Seghers.

Retrouvez tous les épisodes sur Auvio.

Sur le même sujet

Le clavier bien tempéré de Bach : Chostakovitch, dans les pas du maître baroque

Clavier bien tempéré

"Bach a été redécouvert au XIXe" ? Bien sûr que non, il n’a jamais été oublié

Clavier bien tempéré

Articles recommandés pour vous