Environnement

La vie sur Vénus n’aurait jamais été possible selon une nouvelle étude

Illustration montrant la surface de Vénus
14 oct. 2021 à 17:30Temps de lecture2 min
Par Chloé Rosier

Une étude met à mal la possibilité que Vénus ait un jour abrité la vie.

Depuis de nombreuses années, les scientifiques pensent que Vénus, la 2e planète de notre système solaire, aurait pu abriter la vie dans ses océans pendant des milliards d’années. On pensait même possible que la vie se soit élevée dans l’atmosphère au fur et à mesure que la température augmente et que les conditions soient de moins en moins agréables.

Une nouvelle étude, publiée en ligne dans la revue Nature, des scientifiques dirigés par Martin Turbet, chercheur postdoctoral à l’Observatoire astronomique de Genève en Suisse, ont simulé le climat de l’ancienne Vénus à l’aide d’un nouveau modèle et les résultats sont bien différents des croyances actuelles.

Ce que l’on pensait jusqu’ici de Vénus

Les modèles actuels présentaient la planète comme suffisamment refroidie pour accueillir de l’eau de surface liquide. Comme l’explique CNN, cette température acceptable a pu être atteinte grâce aux nuages, qui ont renvoyé beaucoup de rayonnement solaire dans l’espace mais également parce que le jeune Soleil brillait moins qu’aujourd’hui (70% de sa luminosité actuelle).

Les conditions permettant la création de grands océans et une température viable, la vie aurait pu s’y développer sous forme d’organismes simples. Avec le temps, la chaleur augmentant, certaines formes de vie auraient pu se réfugier au-delà des nuages, à un endroit de l’atmosphère vénusienne qui serait équivalente aux conditions terrestres au niveau de nos océans.
 

Ce que la nouvelle étude met en lumière

D’après la nouvelle étude, les nuages qui auraient pu aider l’atmosphère de la planète étaient en fait constamment du côté nuit de Vénus. En effet, bien que celle-ci tourne sur elle-même pour montrer tous les côtés au Soleil, Vénus tourne sur elle-même en 243 jours terrestres les nuages de vapeur d'eau ont donc toujours le temps de migrer vers la face non éclairée de la planète.

En restant cantonnés dans la nuit, donc à l’opposé des radiations solaires, les nuages n’ont donc servi à rien pour protéger l’atmosphère. Pire, ils ont en fait réchauffé Vénus par effet de serre, emprisonnant beaucoup de chaleur et en ne formant ni pluie d'eau, ni océans. Ainsi, Vénus ne s’est jamais suffisamment refroidie pour que la pluie tombe et que les rivières, les lacs et les océans se forment.

Comment savoir quelle est la réalité sur Vénus ?

"Si les auteurs ont raison, Vénus a toujours été un enfer", ont écrit les astronomes James Kasting et Chester Harman, de la Penn State University et du Ames Research Center de la Nasa, dans un article " News & Views " dans le même numéro de Nature.

La mission VERITAS de la Nasa ("Venus Emissivity, Radio Science, InSAR, Topography and Spectroscopy"), prévue en 2028, étudiera les indices qui pourraient corroborer cette étude ou bien prouver que la vie a existé sur la planète ou si elle est même peut-être encore présente, comme le relate aninews.

Cette étude pourrait avoir une incidence sur les recherches de mondes habitables dans d’autres systèmes solaires et galaxies. En effet, "les exoplanètes qui orbitent près du bord intérieur de la zone habitable conventionnelle, où de l’eau liquide peut exister à la surface d’une planète, pourraient ne pas être habitables".

Sur le même sujet

Notre univers a-t-il été créé en laboratoire par une civilisation avancée ?

Sciences et Techno

Selon la Nasa, il faudrait attendre 2383 pour rencontrer des extraterrestres

Environnement

Articles recommandés pour vous