Icône représentant un article video.

Info

La revue de presse : nos voisins font des efforts, la Belgique pas

La Revue de presse

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La Foire de Libramont, inscrite sous le signe du local et du durable, s’ouvre ce matin. Coïncidence, aux Pays-Bas, c’est plutôt la colère des agriculteurs qui préoccupe. En Europe, l’attention de la presse se focalise sur les efforts énergétiques promus par les autorités, sauf en Belgique.

L’agriculture durable et locale sera en vedette à la Foire de Libramont. Constat en une de La Libre, tout comme en manchette du quotidien Le Soir qui s’interroge : " concrètement, que signifie ce label ? "

Bien sûr, la part belle sera faite aux produits locaux et de qualité. Mais ce n’est pas le seul effort fourni. Le décor lui-même de la foire s’adapte. Les tapis sont désormais végétaux comme sont interdits les gadgets et le plastique à usage unique.

Coïncidence marquante, cette édition 2022 s’ouvre, alors que chez nos voisins, les agriculteurs manifestent vigoureusement leurs oppositions au plan du gouvernement néerlandais visant à réduire le rejet d’azote.

Désormais, lit-on aux Pays Bas, lorsque l’on entend "fermier", on pense au blocage sur les routes et aux rejets d’azote… Quand donc, s’interroge un quotidien, le calme reviendra-t-il au platteland ?

De Volkskrant va plus loin. Il consacre ce matin une longue double page d’interview à Jelle Van Buuren, expert… Non pas en écologie. Non pas non plus en politique ou en agronomie mais expert en terrorisme.

C’est que les actions de protestations ont pris un tour extrême voire parfois violent. Certains – en colère – ont déversé de nuit des déchets sur des autoroutes. Des hommes – dont un, masqué - ont fait irruption chez une bourgmestre. Plusieurs représentants, politiques ou d’association, ont reçu des menaces de mort assez ciblées.

Rien de tel chez nous, où la Foire de Libramont s’impose plutôt comme un rassemblement festif. En voyant le ministre de l’agriculteur wallon, poser au volant d’un tracteur ou les pieds dans les pailles, dans l’Avenir, le quotidien retient tout de même cette citation :

La Foire de Libramont permet de renouer le dialogue. "

Et si c’était l’occasion de faire quelque chose pour le climat ?

En parallèle de cette foire, de nombreuses questions continuent de se poser dans la presse au sujet de la pénurie de gaz qui menace l’Europe à l’hiver prochain. Et si – deande de Standaard, plutot que de penser en terme économique - la focale était mise sur le gain climatique que nos actions peuvent engendrer ? L’éditorialiste prévient. Certes, mesdames messieurs, les élus, vous n’avez peut-être pas le soutien de la population. Mais ça se gagne, le soutien. Cela va se chercher… Car après les incendies de forêt, les prix fous de l'énergie, les vagues de chaleur successives et la guerre sur le continent, que faut-il de plus pour convaincre ou pour emporter le soutien des citoyens ?

La presse ne manque pas d’évoquer les efforts très locaux. Ainsi, en Allemagne, Berlin suspend l’éclairage public de certains bâtiments, rapporte l’Echo.

Mais de Standaard insiste surtout sur la situation belge où ni le Fédéral, ni les régionaux ne semblent décider à agir. Ce mercredi, Le Monde le rappelait pourtant à ses lecteurs que la sobriété énergétique ne pourra se réduire aux changements de comportement individuels. En édito, l’Echo en appelle donc à ce que l’Europe adopte d’urgence une vision énergétique. Cela vaut, on le comprend donc, aussi pour la Belgique.

 

Sur le même sujet

La revue de presse : "La semaine la plus chaude de l’année"

Opinions

Articles recommandés pour vous