Icône représentant un article video.

Belgique

La revue de presse : mobilité à Bruxelles, "ça va secouer"

La Revue de presse

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le nouveau plan de mobilité à Bruxelles entre en vigueur le 16 août

Le Soir

" Ça va secouer", prévient le bourgmestre bruxellois Philippe Close dans Le Soir. "Ce genre de grands projets urbains, ça secoue. On ne veut empêcher personne de venir en voiture, mais les gens doivent comprendre que, moi, j’ai de plus en plus d’habitants. Donc j’ai besoin d’espaces publics. Le 16 août, ça ne va pas être simple et il va falloir parfois s’adapter." Voilà ce qu’il déclare dans Le Soir.

Les autorités locales prévoient des boucles de circulation, des piétonnisations ou encore des mises en sens unique. L’objectif est de réduire le trafic de transit à l’intérieur de la petite ceinture, cette zone qu’on appelle le pentagone (40% du trafic serait du transit). Les automobilistes qui n’ont pas pour destination le centre-ville, sont invités à le contourner, via la petite ceinture.
Et la ville de Bruxelles n’agit pas toute seule dans son coin, puisqu'elle s’inscrit dans un plan régional, Good Move.

Le premier test commence donc le 16 août. Mais les autorités l’admettent, le vrai test sera à la rentrée, le premier septembre.

Ce plan a ses limites, dit l’éditorialiste du Soir. D’abord, chaque commune va agir de son côté, sur son territoire. Il s’agira d’assurer malgré tout la cohérence de l’ensemble.

Et puis, "Good Move ne fait pas disparaître le trafic de transit. Il le rejette sur certains axes, qui risquent donc de devenir des égouts à voitures. Un vrai problème pour les habitants de ces rues. La majorité des Bruxellois verra augmenter sa qualité de vie. La majorité certes, mais pas la totalité."

En une de La Libre, le manque d’effectifs à la police

La Libre Belgique

Un manque d’effectif au sein de la DAB, la direction de la sécurisation. C’est l’unité chargée de la sécurisation des lieux sensibles, potentielles cibles d’attentats. Son directeur, Eric Delhez, est interviewé dans La Libre.
Il explique que la DAB est très sollicitée et qu’elle est victime de son succès.
La DAB compte un peu plus de 1300 personnes, qui sont présentes dans des lieux comme les centrales nucléaires, l’aéroport, les domaines ou palais royaux, la résidence et le cabinet du Premier ministre, l’Otan et le Shape, des ambassades et les institutions européennes.
En plus, la DAB exerce la mission de “police des cours et tribunaux et transfèrement de détenus”.

C’est aussi cette unité qui sera mobilisée pendant le procès des attentats de Bruxelles, à la rentrée.
"Pas assez de policiers pour être partout", dit le directeur de l’unité, qui demande une revalorisation pour la police, pour la rendre plus attractive.

La vaccination contre la variole du singe commence cette semaine

L'Avenir

Une information qui fait la une de plusieurs quotidiens. Notamment de L’Avenir. 3000 vaccins sont disponibles dès cette semaine. La campagne de vaccination est lancée. L’objectif est de réduire au maximum la propagation du virus en vaccinant rapidement les personnes à risque.
"Cette campagne vise les groupes cibles, plus exposés à la maladie : les hommes ayant des rapports homosexuels, qui sont séropositifs ou sous thérapie VIH-Prep et qui ont eu au moins deux MST au cours de l’année écoulée, ainsi que les travailleurs du sexe masculins et transgenres. Les organisations qui travaillent régulièrement avec ces groupes cibles sont associées à la campagne et seront chargées de l’envoi des invitations à se faire vacciner dans les centres de référence SIDA."

L’occasion de rappeler qu’on dénombre en Belgique plus de 500 infections, mais aucun décès.

Le Soir lui parle de "réveil politique", alors que depuis le début de l’été, les autorités étaient restées très discrètes sur le sujet.

Plus de 700.000 titres-services à la poubelle

Het Nieuwsblad

L’année dernière, plus de 700.000 titres-services ont fini à la poubelle parce qu’ils avaient dépassé leur date d’expiration. Cela a coûté aux utilisateurs un total de 6,3 millions d’euros. Le député flamand Robrecht Bothuyne (CD&V) trouve cela scandaleux et suggère de supprimer la date limite des titres-services fixée à 12 mois. Les clients peuvent en principe échanger des chèques dont la date limite approche. Mais dans les faits, beaucoup oublient. Or, comme 80% des titres services sont électroniques, on pourrait parfaitement imaginer un système sans date d’expiration, selon le député CD&V qui s’exprime dans Het Nieuwsblad.
 

Sur le même sujet

La Semaine de la Mobilité à Bruxelles: plus de six élèves sur dix ne se rendent pas à l'école en voiture

Regions

Les routes belges sont 56e au classement du Forum Economique Mondial, la France 18e

Déclic

Articles recommandés pour vous