Jupiler Pro League

La Pro-League peaufine son protocole de reprise

Entraînement à Gand en mode corona, avec distanciation et sans contact
06 juin 2020 à 10:23Temps de lecture3 min
Par Manuel Jous (d'après HLN)

Le nouveau championnat de Pro-League reprendra, comme on le sait, le deuxième week-end du mois d'août. Pour les entraînements collectifs, ce sera déjà à la mi-juin. La Pro-League peaufine donc son protocole de reprise. HLN a pu se le procurer.

Après un long arrêt forcé, finalement suivi de l'officialisation, le 15 mai, de la fin anticipée de la compétition, la Pro-League s'est remise en selle pour établir l'indispensable protocole de reprise. Celui-ci est actuellement entre les mains du GEES (groupe d'experts en charge du déconfinement) pour une étude approfondie. Les clubs, eux aussi, vont pouvoir donner leur feed-back avant approbation définitive.

Le document que la Pro League a transmis aux clubs, et que HLN a pu consulter, compte 11 pages et fourmille de détails. Il a été élaboré grâce à la contribution d'experts médicaux et de protocoles déjà approuvés par des ligues étrangères telles la Bundesliga, la Liga et la Premier League.

Deux phases distinctes s'étaleront dans le temps : 

- Jusqu'au 30 juin. Les règles des distanciation sociale devront être respectées à l'entraînement. Il ne pourra pas encore y avoir de contacts, les entraînements se donneront par groupe de 20 personnes maximum, les douches et vestiaires resteront fermés.

- A partir du 1er juillet. Les entraînements collectifs avec contacts seront à nouveau autorisés. Les joueurs pourront à nouveau se changer au club, mais par petits groupes.

Deux catégories de collaborateurs

Le protocole de reprise distingue également deux catégories de collaborateurs au sein des clubs : 

- la catégorie 1 comprend les joueurs, le staff technique et médical, les responsables d'équipement et de matériel, le team manager, ainsi que tous les membres des familles de ces différentes personnes. Pour toutes les personnes relevant de la catégorie 1, il y aura obligation de passer un test corona avant la reprise des entraînements collectifs. Sur papier, la fille du kiné de Charleroi ou la femme du responsable matériel du Standard sont donc supposés être concernés, mais la liste précise n'est pas encore arrêtée.

- la catégorie 2 comprend les personnes qui fréquentent les mêmes espaces que les membres de la catégorie 1, mais sans entrer en contact direct avec eux. Il s'agit ici des médias du club, du personnel d'entretien, de sécurité et de cuisine, ainsi que de tous les membres de la famille de ces personnes. Si les personnes de la catégorie 2 entrent en contact direct avec les personnes de la catégorie 1, elles intègrent à leur tour la catégorie 1...

Chaque club s'engage à fournir la liste détaillée de toutes les personnes concernées à la Pro-League.

Les joueurs responsables de leur tracing

C'est une preuve de confiance, mais également un grand défi que tente la Pro-League en insistant sur la responsabilisation des joueurs.

Ceux-ci devront en effet : 

- limiter au minimum leurs relations avec des tiers

- s'isoler autant que possible de leur famille

- éviter les déplacements inutiles

- noter scrupuleusement quand et avec qui ils sont entrés en contact. Les joueurs deviendront donc responsables de leur propre "tracing"

- remplir un formulaire de santé et se soumettre à une prise de température lors de chaque arrivée au club.

Bus supplémentaire, entraînements filmés et interviews annoncées 

Pour garantir au maximum le respect de la distanciation sociale, les clubs devront également prévoir un deuxième bus pour les joueurs (car ils ne pourront s'asseoir côte à côte). De la même manière, en cas de stage, il ne pourra y avoir qu'une simple occupation des chambres.

Ces mesures entraîneront bien sûr des coûts supplémentaires pour les clubs.

Chaque entraînement sera également filmé, dans une optique de "tracing", pour pouvoir identifier toutes les personnes avec lesquelles un joueur éventuellement testé positif au Covid-19 est entré en contact.

Les célébrations à coup de "high five", accolades, poignées de main et autres mouvements du même ordre sont toujours proscrits.

Enfin, à partir du 1er juillet, les médias auront à nouveau la possibilité de réaliser des interviews au sein des clubs. Mais là aussi, les conditions seront strictes : les identités des journalistes et techniciens concernés devront être communiquées à l'avance, le protocole devra être signé à l'arrivée au club et la distanciation sociale respectée.

Dans un premier temps, la prise de température avait également été suggérée pour les membres des médias, mais il semblerait que l'idée ait été abandonnée...