La présidente de la Fed Janet Yellen invite Donald Trump à la prudence budgétaire

La présidente de la Fed Janet Yellen
14 févr. 2017 à 15:36 - mise à jour 14 févr. 2017 à 15:36Temps de lecture2 min
Par AFP

La présidente de la Réserve fédérale américaine (Fed) Janet Yellen a invité à la prudence sur les éventuelles mesures de relance budgétaire que pourrait prendre l'administration Trump, en s'adressant mardi au Congrès.

"J'espère que les changements de politique budgétaire seront compatibles avec l'objectif de maintenir le budget des Etats-Unis sur une trajectoire viable", a affirmé Janet Yellen devant une Commission du Sénat.

Dans un discours inhabituellement succin qu'elle devait prononcer pour son témoignage biannuel au Congrès sur l'état de l'économie, la patronne de la Fed a fait plusieurs fois référence à "l'incertitude" et à "l'impact potentiel" des possibles mesures budgétaires.

Le président Donald Trump a promis de réduire les impôts, notamment des sociétés, et d'engager de massives dépenses d'infrastructures ce qui pose la question de leur financement et de leur impact sur le déficit.

"Les changements dans la politique budgétaire et autres mesures pourraient potentiellement avoir un impact sur les perspectives économiques", a averti Janet Yellen indiquant par ailleurs que l'économie des États-Unis continuait de croître et l'inflation de progresser vers la cible des 2%, ce qui pourrait conduire la Fed à relever les taux prochainement.

Ajuster les taux

"Lors de nos prochaines réunions, le Comité monétaire évaluera si le marché de l'emploi et l'inflation continuent d'évoluer comme on s'y attend, ce qui justifierait dans ce cas un nouvel ajustement des taux", a indiqué Janet Yellen alors que la Fed se réunit les 14 et 15 mars prochains. La Fed a relevé les taux d'un quart de point de pourcentage en décembre dernier et prévoit trois modestes hausses en 2017. Ces taux d'intérêt sont actuellement dans la fourchette de 0,50% à 0,75%.

"Attendre trop longtemps avant de restreindre la politique monétaire accommodante serait imprudent", a-t-elle signalé, avertissant que la banque centrale serait alors conduite à relever le coût du crédit plus brusquement au risque "de perturber les marchés financiers et de provoquer une récession".

Janet Yellen, souvent critiquée par Donald Trump lors de la campagne électorale, s'est autorisée à donner un avis sur les projets économiques de la nouvelle administration, tout en s'en défendant. "Même si ce n'est pas dans mon intention de donner une opinion sur telle ou telle proposition d'impôt ou de dépense, je voudrais souligner l'importance qu'il y a à améliorer le rythme de croissance à long terme et à relever le niveau de vie des Américains à travers des politiques qui visent à faire progresser la productivité", a déclaré Janet Yellen.

Elle a noté que "les changements possibles de politiques budgétaires et autres étaient une source d'incertitude" pour les perspectives économiques.

Articles recommandés pour vous