La Petite Sirène : un conte sexiste et cruel ?

02 févr. 2021 à 06:47Temps de lecture3 min
Par Christian Rousseau
Loading...

Nous vous emmenons plonger sous l’océan, à la rencontre du monde de la mer, du Roi Triton, de la sorcière des mers et … de la petite sirène. Nous reviendrons sur un conte qui n’est certainement pas aussi joyeux que la version Disney que nous connaissons tous : certains d’entre vous auront peut-être pu admirer la statue de la petite sirène dans le port de Copenhague. Que cache ce regard si triste qui regarde vers l’océan ? 

 

 

L'histoire

Il était une fois… Un grand Roi et ses dix filles. Oh ce n’était pas une famille royale comme vous vous l’imaginez : ils avaient des queues de poisson en guise de jambes et vivaient dans un magnifique palais de corail au fond de la mer la plus profonde du monde. Le Roi Triton était le roi des océans et ses dix filles étaient les plus jolies sirènes que le monde de la mer ait connues. La plus jeune d’entre elles s’appelait Ariel.

 

Si Ariel était d’une beauté et d’une grâce infinie, c’était aussi la plus indisciplinée et la plus fantasque des filles de Triton. Alors que ses sœurs vivaient heureuses parmi poissons et coquillages, Ariel ne rêvait que d’une chose : quitter la vie sous-marine pour vivre dans le monde des humains.

 

Pour ses 16 ans, il lui avait été permis de monter à la surface découvrir cet autre monde, et depuis, la petite sirène se languissait de pouvoir un jour y remonter. Elle avait tant aimé ces immenses bateaux, le bruit des vagues, la douceur du sable de la plage, le château sur la falaise, et surtout, voir danser des hommes, des femmes et des enfants, sur de vraies jambes ! Depuis, avec son ami Polochon, le poisson lune, elle arpentait les fonds marins à la recherche de veilles épaves échouées et collectionnait tous les objets terrestres qu’elle pouvait y trouver.

 

- Oh regarde Polochon, là-bas ! Une nouvelle épave, allons-y !

- Ariel, tu es sûre que c’est sans danger ? répondit Polochon. Cet endroit est sinistre et ne me dit rien qui vaille. Et s’il y avait des requins ? Et puis tu sais ce qu’a dit ton père il ne veut plus que tu t’intéresses aux humains… S’il savait que nous sommes ici…

Ariel l’interrompit.

- Polochon ! regarde ! Elle brandit une fourchette. Mais qu’est-ce que c’est ? Il faudra demander à Euréka, le goéland, il saura sûrement nous dire à quoi ça sert ! Oh et ceci ! Elle ramassa une pipe et souffla dedans, provoquant un nuage de bulles. Oh Polochon, j’aimerais tellement habiter le monde des hommes. Il est si fascinant (...)

 

- Bonjour Euréka ! s’exclama Ariel en nageant jusqu’au rocher immergé sur lequel était perché son ami le goéland.

- Bonjour Ariel, bonjour Polochon ! Alors les amis, qu’avez-vous trouvé d’intéressant aujourd’hui ?

Ariel tendit d’abord la fourchette à Euréka.

- Oh mais c’est tout à fait fascinant !!! Une zirgoflex ! Je n’en n’ai pas vue depuis longtemps ! C’est un objet de grande valeur : les humaines l’utilisent … pour brosser leur chevelure !

- Une zirgoflex. Je vais l’ajouter à ma collection ! Et ceci, Euréka, tu sais ce que c’est ? Ariel tendit la pipe au goéland.

- Ohhhhh, un objet très rare également !!! C’est une bijette !!! Cela sert à faire de la musique (…)

Loading...

Decryptage

Le conte de La petite sirène a été écrit par le danois Hans Christian Andersen, un romancier, dramaturge, conteur et poète du 19ème siècle. Il a surtout été reconnu de son vivant et par la postérité pour ses contes de fées, qui ont été traduits dans une centaine de langues et sont encore publiés par millions aujourd’hui.

Ce qui est intéressant de préciser, c’est que contrairement à Charles Perrault et aux frères Grimm, qui étaient des compilateurs de contes populaires, Andersen les a inventés. Inspirés de son enfance pauvre et difficile, cela explique pourquoi bon nombre d’entre eux sont tristes et finissent parfois mal !

Car en effet, fait relativement rare dans les contes de fée, le conte de La Petite Sirène d’Andersen se termine mal…

On connait tous la fameuse fin " ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants " mais ce que l’on connait moins bien c’est souvent la version originale de ces histoires. Quand La Petite Sirène de Disney sort en 1989, on est loin du conte triste et cruel tel qu’il a été imaginé par Andersen.

Dans le dessin animé, la voix de la jeune Ariel se retrouve enfermée dans un coquillage pour l'empêcher de parler à son prince, or, dans l'œuvre originale, la sorcière lui coupe la langue. Lui faire pousser des jambes est une épreuve horriblement douloureuse, " comme si une épée lui tranchait la nageoire en deux ", pour reprendre les mots d’Andersen, et à chaque fois qu’elle marchera, ce sera comme si elle marchait sur des couteaux aiguisés et qu'elle saignait des orteils.

Enfin, dans le dessin animé, Ariel épouse Eric - dans l'œuvre d’Andersen, le prince en épouse une autre, ce qui brisera le cœur de la petite sirène et elle se verra proposer le choix d’assassiner le prince avec un couteau ou mourir. Elle choisit la mort et se jette dans les flots où elle sera transformée en écume (…)

L'Histoire suprenante des Contes de Fées

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Petite Sirène noire : des fillettes heureuses démontrent l'importance cruciale de la représentation

Tipik - Pop Culture

Alice au pays des merveilles : un conte fou et complétement improvisé

Histoire des contes

Articles recommandés pour vous