Viva +

La Machine à Remonter le Son avec la Sonuma : Barbara, la grande dame brune

29 nov. 2021 à 13:55Temps de lecture3 min
Par viva+

Le 25 mai 1966, Paul Damblon rencontre pour l’émission " Format 16/20 " l’auteure, compositrice et interprète française, Barbara. La grande dame brune est de passage à Bruxelles pour un concert qu’elle donnera à l’Ancienne Belgique. Le journaliste de la RTB, face à une artiste mystérieuse et charismatique ne se laisse pas défaire pour autant. Il veut connaître l’opinion de Barbara sur son métier de chanteuse qu’elle prend apparemment très au sérieux car pour elle, être sur scène, c’est tout donner jusqu’à se mettre à nu.

Envie de plus d’archives : www.auvio.be/sonuma

Barbara est née Monique Serf à Paris le 9 juin 1930. Issue d’une famille juive, son enfance est marquée par de nombreux déménagements notamment en raison de la seconde guerre mondiale. En 1947, après avoir pris des cours de chant et de solfège, installée avec sa famille dans le 20ème arrondissement de Paris, l’adolescente s’inscrit au conservatoire. Mais passionnée par la scène, elle laisse tout tomber pour jouer dans les cabarets parisiens avec des fortunes diverses. En 1950, elle tente sa chance en Belgique. Elle rejoint une communauté d’artistes de Charleroi qui l’épaule et lui permet de se produire dans les cabarets de la ville. Monique Serf devient Barbara Brodi. Elle interprète sur scène le répertoire de Piaf et de Juliette Gréco. Elle rencontre Jacques Brel qui tente aussi de se faire un nom. Elle chante d’ailleurs les premières chansons de l’auteur compositeur belge qui admiratif devant le talent et le grain de voix de la chanteuse la persuade d’écrire ses propres textes. Aidée par Claude Sluys, jeune avocat qui deviendra son mari, Barbara Brodi ouvre son propre cabaret " Le cheval blanc " et monte sur scène accompagnée de son piano, vêtue d’un long châle noir et se nomme désormais Barbara. Une icône est née.

Retour à Paris

En 1955, le couple divorce. Barbara rentre alors à Paris et se produit dans les cabarets de la capitale dont le très en vue "L'écluse". L'artiste qui commence à se faire une certaine réputation est invitée en 1958 à chanter dans l'émission "Cabaret du soir" sur la chaîne RTF. Elle est alors repérée par Pathé Marconi et enregistre un premier 45 tours : "La chanteuse de minuit". L'année suivante, elle sort un premier album , "Barbara à l'Ecluse". En 1960, elle sort l'opus "Barbara chante Brassens". Elle assure d'ailleurs quelques temps après la première partie de l'artiste natif de l'Hérault à l'Olympia. En mars 1965, ça y est. Barbara qui triomphe sur scène écrit et enregistre son premier album. Elle est l'auteure de "Barbara chante Barbara". Sa carrière est lancée. Elle reçoit d'ailleurs pour cet opus le prix de l'Académie Charles-Cros et tout en continuant les tournées, elle signe "Ma plus belle histoire d'amour", une chanson qu'elle dédie à son public. 

Les années 70, années de tous les succès

Au début des années 70, Barbara cumule. Elle est présente sur scène, sur les planches et même au 7ème art. Alors qu'elle signe son album "L'aigle noir" en 1970, elle est à l'affiche de la pièce "Madame" de Rémo Forlani. Elle tourne en 1972 dans le film de Jacques Brel "Franz". Deux ans plus tard, elle remet le couvert dans "L'oiseau rare" de Jean-Claude Brialy. Barbara n'arrête pas d'écrire pour autant de nouvelles chansons et enregistre l'album "La louve noire" sur lequel on retrouve le titre "Marienbad". En 1980, elle s'installe à Précy en Seine-et-Marne. Elle sort l'album "Seule" en 1981. Elle co-écrit avec Luc Plamondon le spectacle musical "Lily passion". Elle part en tournée partout en France et à l'étranger. De retour sur la scène du Châtelet à Paris en 1993, elle enregistre l'opus "Châtelet 93" qui lui vaut la victoire de la musique de l'artiste féminine. L'artiste très productive et bien inspirée sort un ultime album en 1996 "Barbara". Sa santé précaire ne lui permet pas de l'assortir d'une tournée. Barbara s'éteint le 24 novembre 1997, à l'âge de 67 ans. 

Sur le même sujet

Roland Magdane, un artiste complètement "linlin"

Viva +

La Machine à Remonter le Son avec la Sonuma : Catherine Sauvage, une artiste engagée

Viva +

Articles recommandés pour vous