Regions Hainaut

La justice hennuyère débordée par le coronavirus : des dossiers classés sans suite

Illustration
07 sept. 2020 à 12:10Temps de lecture1 min
Par Simon Gérard, Daniel Barbieux

Avec la crise sanitaire déclenchée par la covid-19, des milliers de dossiers supplémentaires doivent être traités par la justice : rassemblements illégaux, non-port du masque, etc. Et les magistrats n’arrivent pas à suivre. Résultat : le parquet de Mons a dû se résoudre à lâcher du lest en décidant de classer des affaires sans suite.

Cela concerne combien des centaines de dossiers mais, si ce n’est pas rien, il faut quand même relativiser car le parquet de Mons traite environ 55.000 affaires par an.

Et puis, les affaires classées sans suite concernent les infractions qui ont le moins de répercussions au niveau de la société. On ne parle donc pas d’affaires importantes ni d’affaires avec violence, mais plutôt de petits dossiers comme de l’escroquerie ou des vols simples. Des petits dossiers pour lesquels il n’y aura pas de procès.


Cette décision, pour le procureur Christian Henry, n’a pas été prise de gaieté de cœur : "Actuellement, le parquet de Mons fonctionne avec moins de 80% d’effectifs au niveau des services administratifs et moins de 75% au niveau des magistrats. Donc, à partir du moment où on travaille avec ces taux-là d’effectifs, on est bien obligé de faire des choix." D’autant plus que le travail a augmenté d’environ 50% avec le coronavirus.

Du côté de Charleroi, il n’y pas eu affaires classées. Là le parquet a demandé à son personnel de mordre sur sa chique et une partie du travail a été reportée. Mais il faudra bien rattraper le retard un jour ou l’autre. Le parquet de Charleroi a une montagne de dossiers " covid " à traiter : environ 5.000.

Si tout le monde paie son amende en temps et en heure, ça ira relativement vite. Par contre, s’il y a beaucoup de récalcitrants, là, ça risque de prendre du temps, beaucoup de temps. Et il faudra s’armer de patience.

Articles recommandés pour vous