Belgique

La hausse des prix chamboule la consommation alimentaire des Wallons et des Bruxellois

Les nuages s’amoncellent sur les circuits courts, la vente à la ferme et… les choix alimentaires payables par les francophones

L’augmentation récente des coûts rend un ménage francophone sur deux très soucieux.
Le consommateur, inquiet de la baisse de son pouvoir d’achat, sacrifie certaines dépenses à commencer par les vacances ou les loisirs. Mais l’observatoire wallon de la consommation et l’APAQ-W en mesurent aussi l’impact sur le choix des produits alimentaires. 500 francophones ont été sondés : ils ont modifié leur routine.

Changement d’habitude

Moins de plats préparés, moins de viande et de boissons, 52% des francophones ont déjà adapté leurs habitudes. Plus qu’avant, la classe moyenne inférieure, les 35-54 ans, les ménages avec enfants chassent les promotions, privilégient les marques de distributeurs. L’augmentation des coûts pèse sur leur budget, sur leur bien-être et pousse aux économies

20% du budget des ménages

43% des francophones allouent plus de 20% à leur budget alimentaire et 53% sont convaincus que cette part dédiée à la nourriture va augmenter. Et ils réagissent.
Du coup, cela chamboule aussi les circuits d’alimentation. La vente à la ferme, le circuit court, les commerces de proximité sont plus souvent en difficulté. Le ministre Borsus annonce vouloir les soutenir, notamment par des campagnes de promotion.

Le bio préservé

Est-ce parce qu’elle est surtout plébiscitée par les ménages mieux nantis, la part du bio dans les achats alimentaires semble à peine affectée par cette révision des priorités. Plus précisément, les consommateurs réguliers continuent à en mettre davantage dans leur panier alors que les consommateurs occasionnels y renoncent plus facilement. L’écart se creuse donc ici aussi entre les ménages en difficulté et les autres.

Sur le même sujet

Le prix du gasoil de chauffage augmente alors que le cours du baril diminue… Comment l’expliquer ?

Economie

Des réductions à gogo dans les supermarchés, quelqu’un en payera le prix

Economie

Articles recommandés pour vous