La Confrérie : enquête chez les Frères musulmans (2012/0)

20 févr. 2013 à 20:54Temps de lecture1 min
Par rtbf
En Égypte, où la Confrérie a vu le jour en 1928, mais également dans la plupart des pays du « printemps arabe » les Frères Musulmans ont accédé au pouvoir ou sont en passe de l'être. Mais qui sont-ils réellement ? La Confrérie, un documentaire de Michaël Prazan, nous dresse l'histoire des Frères Musulmans des années 20 à nos jours. A découvrir le 20 février à 22h sur La Une. Il sera suivi de la rediffusion du documentaire « Monde arabe, l'onde de choc » tourné en 2011, en pleine révolution en Egypte entre autre. La Confrérie des Frères Musulmans a été fondé en Egypte en 1928 avec comme objectif une renaissance islamique et une lutte contre l'influence occidentale. Elle a rapidement essaimé ses idées dans les pays du Moyen-Orient. Longtemps traqués par le régime, les Frères Musulmans se taillent désormais une place de choix dans le paysage politique post-Moubarak et ont accédé au pouvoir. Mais les Frères Musulmans qui récoltent aujourd'hui les fruits de la révolution pour la démocratie, en seront-ils les fossoyeurs ? Ou prônent-ils, comme ils le prétendent eux-mêmes, un « islam modéré », en phase avec la modernité, et compatible avec la démocratie ? En même temps qu'il nous raconte l'histoire du mouvement, c'est à ces deux questions essentielles que le film se propose de répondre, à travers des interviews de personnalités politiques du monde arabe, d'historiens, de témoins et d'archives souvent inédites. Un fim de Michaël Prazan, écrivain et réalisateur auteur notamment d'une trilogie documentaire sur l'Histoire du terrorisme diffusé sur notre antenne l'an dernier. Une production KUIV Productions avec la participation de la RTBF Ce documentaire sera suivi à 23h de la rediffusion de « Monde arabe : l'onde de choc, un documentaire de Sofia Amara tourné en 2011 en Egypte, en Tunisie, en Algérie, en Syrie et au Yémen en pleine révolution. Ce film nous aide à comprendre l'origine de ce vent de révolte qui secouait le monde arabe et dont le principal vecteur de contagion était internet. Sofia Amara y analysait les raisons de la colère de la jeunesse, initiatrice de la révolte, mais également les tentatives de récupération politique de ce mouvement populaire, dont celle des Frères Musulmans.

Articles recommandés pour vous