Diables Rouges

La chronique de Benoît Delhauteur : Calculer ? Avec Witsel, De Bruyne et Eden, c’est juste impossible

20 juin 2021 à 10:17Temps de lecture2 min
Par Benoît Delhauteur

Calculer ou ne pas calculer ? Après les émotions fortes et le succès des Diables au Danemark, le débat est très vite arrivé sur le tapis. Avec 6 sur 6 au compteur, les Belges sont leaders du groupe. Ne vaudrait-il pas mieux terminer deuxième, afin d’atterrir dans une moitié de tableau potentiellement plus abordable ?

La question s’était déjà posée lors de la Coupe du Monde 2018, avant la troisième rencontre de poule contre l’Angleterre. Même dans le vestiaire des Diables, les avis étaient partagés. Roberto Martinez avait aligné une équipe B, qui avait joué le jeu sans non plus se donner corps et âme, pour finalement s’imposer 1-0 grâce à un but d’Adnan Januzaj. Ce qui avait valu une scène amusante le lendemain en conférence de presse, au QG des Diables à Dedovsk. Un journaliste néerlandais avait posé la question au buteur, provoquant l’hilarité générale : "Adnan, étiez-vous aux toilettes quand le sélectionneur vous a donné la consigne de ne pas marquer ?"

Le contexte actuel présente des airs de déjà vu, mais il existe à nos yeux deux différences majeures, qui changent complètement la donne. En Russie, les Diables étaient déjà deuxièmes à l’heure d’aborder le dernier match. Un partage contre l’Angleterre suffisait donc à rester second. Personne n’aurait crié au scandale. Ici, pour changer de tableau, il faut une défaite contre la Finlande, 54e au classement FIFA. Avouez que ça ferait tache.

Qui peut être certain que la France sera première ?

Autre élément déterminant : le timing n’est pas du tout le même. Au Mondial, les Diables clôturaient l’ensemble de la phase de groupe. Ils savaient précisément ce qui les attendait. Le Brésil, l’Argentine et la France dans un côté de tableau, la Colombie, la Suède, l’Espagne et la Croatie de l’autre. Au moment de monter sur la pelouse de Saint-Pétersbourg, ce lundi soir, les Diables seront encore très loin d’avoir une vue aussi complète. A ce moment-là, les deux routes vers Wembley seront encore floues et les obstacles pas tous identifiés. Qui peut être certain, par exemple, que la France restera première de son groupe ?

Voilà pourquoi il nous paraît hasardeux, voire très imprudent, de jouer le jeu du calcul face à la Finlande. Et nous ajouterions même une autre raison, sans doute la meilleure : avec Axel Witsel, Kevin De Bruyne et Eden Hazard sur la pelouse, comment voulez-vous que les hommes de Roberto Martinez calculent et fassent en sorte de perdre contre la Finlande ? Cela nous paraît impossible. Tant mieux.

Danemark - Belgique : 17 juin 2021 (1-2)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Angleterre - Belgique : 28 juin 2018 (0-1)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement