"La Catalogne fait partie intégrante de l'Espagne": les réactions en soutien à Madrid

"La Catalogne fait partie intégrante de l'Espagne,"  a indiqué la porte-parole du département d'Etat des Etats-Unis.
27 oct. 2017 à 15:37 - mise à jour 27 oct. 2017 à 16:10Temps de lecture2 min
Par RTBF avec Agences

Les Etats-Unis ont déclaré vendredi soutenir "l'unité" de l'Espagne, après la déclaration d'indépendance du Parlement de Catalogne, dans un communiqué du département d'Etat.

"La Catalogne fait partie intégrante de l'Espagne, et les Etats-Unis soutiennent les mesures constitutionnelles du gouvernement espagnol visant à maintenir l'Espagne forte et unie", a indiqué dans le document la porte-parole du département d'Etat, Heather Nauert.

"Les Etats-Unis jouissent d'une grande amitié et d'un partenariat durable avec notre allié de l'Otan, l'Espagne", ajoute la porte-parole, soulignant que les Etats-Unis et l'Espagne "coopèrent étroitement pour faire progresser (leurs) priorités économiques et de sécurité communes".

Berlin, Macron et Juncker ne reconnaissent pas la déclaration d'indépendance

Le Parlement de Catalogne a adopté vendredi une résolution déclarant que la région devient un "Etat indépendant prenant la forme d'une République", une rupture sans précédent en Espagne, à laquelle Madrid a riposté en plaçant la région sous tutelle.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a immédiatement réagi au vote en promettant sur Twitter de "restaurer la légalité" en Catalogne.

En Europe, l'Allemagne a déclaré vendredi ne pas reconnaître la déclaration d'indépendance de la Catalogne, selon un porte-parole de la chancelière allemande. "Le gouvernement allemand voit l'aggravation de la situation en Catalogne avec inquiétude" et "ne reconnait pas une telle déclaration d'indépendance", a affirmé sur Twitter Steffen Seibert. Jean-Claude Juncker, lui, estime que "l'Union européenne n'a pas besoin d'autres fissures". Londres a également réagi, précisant qu'ils "ne reconnaissent et ne reconnaitront pas" l'indépendance de la Catalogne.

Le président français Emmanuel Macron a assuré vendredi le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy de son "plein soutien" pour "faire respecter" l'Etat de droit en Espagne, après la déclaration d'indépendance du Parlement de Catalogne. "J'ai un interlocuteur en Espagne, c'est le Premier ministre Rajoy. (...) Il y a un Etat de droit en Espagne, avec des règles constitutionnelles. Il veut les faire respecter et il a mon plein soutien", a dit le président français, interrogé par des journalistes au deuxième jour de sa visite en Guyane, département français d'Amérique du Sud.

Le Canada, quant à lui, a rejeté vendredi la déclaration unilatérale d'indépendance de la Catalogne et appelé au "dialogue" avec Madrid. "Suivant les principes légaux internationaux reconnus par la Cour suprême du Canada, ces décisions doivent être prises au sein du cadre constitutionnel", a dit Andrew Leslie, secrétaire parlementaire de la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland. "Etant donné cela, le Canada reconnaît une Espagne unie", a-t-il déclaré à la chambre des Communes.