Diables Rouges

L'Italie, l'Irlande et la Suède au menu des Diables à l'Euro 2016

Loading...
12 déc. 2015 à 07:20 - mise à jour 12 déc. 2015 à 17:53Temps de lecture2 min
Par RTBF avec Belga

Le tirage au sort de la phase finale de l’Euro 2016 a rendu son verdict : la Belgique sera tête de série du Groupe E et disputera ses rencontres de la phase de poules contre l'Italie à Lyon (lundi 13 juin à 21h), face à la République d'Irlande à Bordeaux (samedi 18 juin à 15h) et contre la Suède à Nice (mercredi 22 juin à 21h).

Le mois passé, les hommes de Marc Wilmots avaient battu la Squadra Azzurra 3-1 en amical au stade Roi Baudouin.

L'Italie et la Suède faisaient déjà partie du groupe des Diables Rouges lors de la dernière participation de la Belgique à un Euro, en 2000. A l'époque, les hommes de Robert Waseige avaient battu les Suédois 2-1 et s'étaient inclinés 0-2 contre les Italiens.

Ce sera difficile de rester à quai dès le premier tour, puisque les deux premiers de chaque groupe et les quatre meilleurs troisièmes se qualifieront pour les huitièmes de finale. Ce qui veut dire que seules huit équipes sur 24 n'y accèderont pas.

L'Espagne est attendue à plus d'un titre. La sélection de Vicente Del Bosque défendra outre-Pyrénées sa double couronne (2008 et 2012), mais aussi une forme de réputation, après son retentissant fiasco à la Coupe du Monde 2014, qu'elle avait quittée dès le premier tour.

Dans le groupe D, la Roja devra ferrailler avec la République tchèque, la Croatie et la Turquie. Des retrouvailles en perspectives pour deux joueurs du FC Barcelone, le Croate Ivan Rakitic et le Turc Arda Turan.

Allemagne - Pologne, l'autre affiche avec Belgique - Italie

Le 16 juin au Stade de France se jouera l'affiche Allemagne - Pologne, une redite des qualifications : la Pologne y avait battu pour la première fois de son histoire sa voisine (2-0), pourtant fraîchement sacrée Championne du Monde, avant de s'incliner au match retour (3-1).

Au classement, la Mannschaft avait finalement devancé d'un point son rival, emmené par le redoutable buteur Robert Lewandowski qui sera donc amené une fois de plus à affronter ses coéquipiers du Bayern Munich, les Neuer, Boateng et autres Müller.

Ces deux équipes sont en tout cas clairement favorites du groupe C devant l'Ukraine et la novice Irlande du Nord.

Et Cristiano Ronaldo ? Le capitaine du Portugal, qui reste sur une demi-finale à l'Euro 2012 perdue aux tirs au but puis une élimination précoce à la dernière Coupe du monde, aura l'Autriche de David Alaba comme principal adversaire, plus que l'Islande et la Hongrie, dans le groupe F.

L'Angleterre et la Russie se détachent dans le groupe B, devant la Slovaquie et le Pays de Galles. Dans les îles britanniques, on a sans doute déjà coché le 16 juin, date de la confrontation anglo-galloise à Lens, avec Wayne Rooney et Gareth Bale en têtes d'affiche.

"Nous connaissons tous les joueurs gallois, ils jouent presque tous en Angleterre, a réagi son sélectionneur Roy Hodgson. Mais ce que nous savons surtout, c'est que cette équipe est très organisée, ils ont un gros mental et une bonne colonne vertébrale".

Idem dans le groupe A avec la France et la Suisse favorites devant la Roumanie et l'Albanie.

De quoi rafraîchir la mémoire des Français, de façon mitigée : le match d'ouverture contre la Roumanie, le 10 juin au Stade de France de Paris/Saint-Denis, rappellera forcément le très triste 0-0 entre les deux équipes du premier tour de l'Euro 2008.

La France avait réussi son meilleur match du Mondial 2014 au détriment de la Suisse, rossée 5-2, mais a ensuite sérieusement patiné face à l'Albanie en matches amicaux, un nul 1-1 à domicile et une défaite 1-0 dans les Balkans.

Loading...

Sur le même sujet

Père Noël et Dark Vador offrent les cadeaux de Noël aux footeux

Football