Monde

L'Arabie saoudite désormais séparée de l'Irak par une clôture

Les relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak se sont détériorées sous Nouri al-Maliki, qui a finalement accepté en août de céder son poste de Premier ministre en Irak.
06 sept. 2014 à 18:35 - mise à jour 06 sept. 2014 à 18:49Temps de lecture1 min
Par Belga News

Cette clôture de 900 kilomètres comprenant cinq épaisseurs est la première étape d'un projet visant à ceindre l'intégralité du royaume, soit 9000 kilomètres, de murailles de haute technologie.

Selon SPA, cette protection s'étend de la zone de Hafr al-Baten (nord-est) à celle de Touraif près de la frontière avec la Jordanie (nord-ouest). Elle doit être équipée de tours de surveillance, de caméras infra-rouge et d'une cinquantaine de radars, a ajouté l'agence.

Les relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak se sont détériorées sous Nouri al-Maliki, qui a finalement accepté en août de céder son poste de Premier ministre en Irak.

Le royaume sunnite accusait M. Maliki, un chiite, d'avoir favorisé l'offensive des djihadistes de l'Etat islamique dans le nord irakien à cause de sa politique de marginalisation de la minorité sunnite irakienne. En revanche, M. Maliki accusait le royaume wahhabite de soutenir le "terrorisme" en Irak.

Une barrière de sécurité de haute technologie

L'Arabie saoudite avait décidé la construction d'une barrière de sécurité de haute technologie à sa frontière avec l'Irak en 2006, alors que ce pays était plongé dans la guerre et des violences intercommunautaires.

Les dirigeants saoudiens ont ensuite étendu le projet à l'ensemble des frontières, terrestres et côtières, du royaume. L'Arabie saoudite a connu de 2003 à 2006 une vague d'attentats attribués à Al-Qaïda qui a fait des dizaines de morts.

 


Belga

Sur le même sujet

Arabie Saoudite: déficit important en 2015 mais dépenses en hausse

Economie